Posts Tagged With: Trujillo

Trujillo et le festival de la Marinera

« La seule chose qui tourne sur terre, c’est leur robe légère ». Alain Souchon

P1040043

Après les deux Huacas, changement d’époque, je vais voir la demi-finale du concours de danse de la Marinera. Des couples de tous âges (enfants, adultes, seniors) se succèdent pour exécuter cette danse de séduction. Le crédo de la Marinera?

Somos « Todas las sangres », orgullo de nuestra tierra y como buenos peruanos bailamos la marinera. (Nous sommes « Todas las sangres », la fierté de notre terre et en bons péruviens, nous dansons la marinera)

Ce que j’ai préféré: les costumes des danseurs. Ceux-ci sont très variés, je n’ai pas vu deux fois la même robe. Si les femmes dansent toutes pieds nus, les hommes dansent eux parfois chaussés, parfois également déchaussés. Selon les régions, on voit également des variations comme le poncho ou le chapeau pour les femmes. Entre les différentes catégories, on peut voir les précédents vainqueurs exécuter la danse. C’est beau, mais il est vrai, un peu répétitif. Avec les matracas, énormes crécelles, j’ai la tête comme une cloche et je quitte le Colisée après 4 heures de spectacle (celui-ci continuant encore).

Les fameuses matracas géantes

Les fameuses matracas géantes

Le samedi, c’est le défilé de chars (Gran Corso) de la Marinera. J’ai les infos de l’office du Tourisme mais pour une fois, elles ne sont pas bonnes. Je galère donc à comprendre où passera ce défilé. Celui-ci démarre après plus d’une heure de retard et c’est au pas de course que les chars et danseurs défilent. La municipalité aurait-elle du mal à imposer un arrêt de la circulation pendant plus de 40 minutes? Parmi les divers chars qui défilent, un aura particulièrement attiré mon attention.

Mais que fait l’Atomium à Trujillo?

Cette après-midi-là, il y a le concours national de chorégraphies de Marinera. Je pense aller acheter mon ticket et lire tranquillement dans un parc avant le début des numéros de danses folkloriques. A l’approche du Colisée, je me demande ce qui attire toute cette foule. C’est la file des futurs spectateurs qui attendent pour acheter leur ticket. Alors, me voilà, deux heures à attendre. Le précieux sésame en poche, je rentre enfin pour voir différentes compagnies de danses montrer le meilleur d’elles-même. Les numéros sont très variés, les costumes magnifiques. Certaines compagnies recréent également plusieurs scènes historiques et c’est assez comique de voir danser les Moche^^. Des trois événements de la Marinera auxquels j’ai assisté, c’est celui que j’ai préféré.

P1040271

Après Trujillo, direction Huaraz. J’ai pris le bus de nuit Movil Tours. Grand changement en vue. Le terminal, Terrapuerto, qui a a tout d’un aéroport, a réussi à me faire stresser. Annonces aux micros, écrans géants annonçant les départs, salles d’attente, tout y fait penser.

En pratique (~3 sl= 1$ ou ~4 sl = 1€) :

Restaurant végétarien El SOL. 5 sl le menu. « Vrai » végétarien. Pas exceptionnellement bon mais sort du lot. 260 B calle Junin.

Délicieuses glaces artisanales : Panaderia « Fito Pan », à l’arrière de la Plaza de Armas. 2,5 sl/1 boule ; 4 sl/2 boules. Goûtez à la saveur cappuccino ! Vraies glaces comme on en a « chez nous ».

Festival de la Marinera : en 2015, du lundi 19 au dimanche 25 janvier. Concours de la marinera : éliminatoires, demi-finale et finale. Prix pour une place populaire (la moins chère) pour la demi-finale : 20 sl/adulte. Pour la finale : 30 sl. Défilé (Gran Corso) : en 2015, le matin du samedi 23 janvier. Concours de chorégraphies de la marinera : le samedi 23 en fin d’après-midi. En parallèle, il y a également un spectacle équestre de marinera. Toutes les infos à iPeru. (actuellement à cette adresse : Jr. Independencia 467, bureau 106. A côté de l’hôtel Libertador).

Bus pour Huaraz :

Linea : 21h00 : 35 sl. 21H15 : 45 sl (bus VIP). Durée : 7h. Départ depuis 2665 av. America Sur (En face de la Drell).

Movil Tours : 1 bus à 21h40 qui passe par Caraz : 50/65 sl. 1 autre à 22h30 : 45/60 sl. Durée : 7 h. Départ depuis le nouveau Terrapuerto (1,20 sl) (Panamericana Norte KM 558 Moche – Trujillo). Snack, boisson et couverture.

Pour passer par Caraz de jour (et le cañon del Pato) : prendre un bus pour Chimbote (2-2h30) puis un bus pour Caraz (4-5h). La compagnie Yungay Express part de Chimbote à 8h30 am. Le bus de Linea qui faisait Trujillo-Chimbote à 5h30am n’existe plus. Apparemment, America Express a des bus toutes les 20 minutes pour Chimbote depuis Trujillo (lu sur un forum). Pas pu tester cette option, vu qu’à l’office du tourisme, seule l’option Linea m’a été renseignée. De Caraz à Huaraz : 1h30 de trajet.

Categories: Voyage | Mots-clés : , , , , | Laisser un commentaire

Trujillo et ses sites archéologiques

Une maison rue Pizarro

Une maison rue Pizarro

Après Huanchaco, je vais rejoindre Raphaël à Trujillo, le premier « vrai » couchsurfing de mon voyage! Je suis un peu nerveuse mais je tombe sur une perle. J’ai ma propre chambre et après une petite discussion, voilà qu’il me tend ma propre clé.

La casa de la emancipación

La casa de la emancipación

Le lendemain, arrivent cependant deux autres couchsurfeurs et commencent les petits soucis de clés. L’un d’entre eux la prend et on se met d’accord pour se retrouver à 18h30. Nous sommes deux au rendez-vous, celui qui a la clé n’est pas là. Trois heures plus tard, je suis toujours en t-shirt et j’ai froid. On n’a aucun moyen de le contacter. On fait un bref saut dans le cyber-café d’à côté et à notre sortie, on voit de la lumière à la fenêtre de l’appartement! On gueule à n’en plus finir mais aucune réaction. On réussit à passer la première porte grâce à un gentil voisin et on finit par toquer à la seconde, à travers une grille, grâce à un balai. Comme je m’y attendais, point d’accident ou d’événement dramatique pour justifier ce retard mais quelques bières et une heure qu’il n’a pas vu passer. Par la suite, on ne lui laissera plus plus l’occasion d’approcher cette clé.

A côté de ces petits soucis, Raphaël, le couchsurfeur, prof à l’Alliance française est de très bons conseils et facile à vivre. Je ne passe cependant pas beaucoup de temps avec lui parce qu’il travaille et s’entraîne énormément.

La Plaza de Armas telle qu'on ne vous la montre pas

La Plaza de Armas telle qu’on ne vous la montre pas

Le premier jour, je vais visiter le centre historique de Trujillo. Je déambule trois heures dans ses rues appréciant les bâtiments coloniaux. J’essaie de trouver l’office de tourisme iPeru mais encore une fois, il vient de déménager à cause de travaux. Sans succès. Le seul point négatif de la ville: il y a pas mal de voitures à Trujillo et ce, jusque sur la Plaza de Armas. Un large piétonnier au centre améliorerait grandement l’attractivité de la ville.

Le Palais Nik An

Le Palais Nik An

De Trujillo, je vais voir le site de Chan Chan. Je choisis de ne pas passer par une agence. Pour les transports, c’est assez facile. Le « hic », Chan Chan mérite amplement une visite guidée! Si le guide est inclus dans les tours organisés, en indépendant, il faut débourser 40 soles. Une somme! Je commence la visite en tendant l’oreille aux différents guides mais cela n’a absolument rien de discret. Je préfère alors demander à un couple de français si je peux me joindre à eux. Ils sont antipathiques au possible et confirment à merveille le cliché du français râleur (ils râlent sur le français de la guide (oui, au Pérou!) ou sur la méconnaissance de certains faits). En plus, plutôt que de diviser le prix en trois, ils me demandent de payer la moitié « parce qu’un couple cela compte pour un ». Au final, si j’avais pris un tour, j’aurais payé moins ou la même

La Huaca Esmeralda

La Huaca Esmeralda

chose tout en étant conduite d’un lieu à l’autre.

Après le palais Nik-An, je vais voir les deux Huacas comprises dans l’entrée. La Huaca Esmeralda où il n’y a personne est impressionnante et très bien conservée.  La Huaca Arco Iris est encore mieux! On peut marcher sur celle-ci et approcher de très très près les fresques! Si vous avez le vertige, abstenez-vous. Il n’y a en effet aucune barrière ou sécurité sur ce petit chemin de +/- 60cm de large (à une hauteur d’environ 10 mètres).

La Huaca Arco Iris

La Huaca Arco Iris

Le lendemain, je vais visiter las Huacas de la Luna y del Sol. Ce sont deux très grandes pyramides Moche (la civilisation!). La première se visite, la seconde n’a pas encore été explorée. La visite se fait avec un guide (cette fois-ci inclus dans le prix) et cela permet vraiment de mieux comprendre cette ruine. Les fresques ont été très bien conservées et le tout est impressionnant. De plus, comme on peut voir en face la Huaca del Sol non fouillée, on a à la fois une vue de l’intérieur et de l’extérieur d’une Huaca.

La Huaca del Sol

La Huaca del Sol

Dans notre groupe, il y avait une dizaine d’enfants de Lambayeque venus visiter eux aussi. Ils ont été très contents de voir que ce jour-là, il y avait deux attractions pour le prix d’une : il y avait une belge dans le groupe ! J’ai donc été bombardée de questions pendant la visite. Il y a également un musée très bien fait à côté.

Fresque de la Huaca de la Luna

Fresque de la Huaca de la Luna

Pour mon dernier jour à Trujillo, j’ai décidé d’aller visiter El Brujo. C’est un site archéologique situé plus loin que les deux autres mais qui vaut apparemment le détour. Je pars un peu tard de l’appartement et n’arrive plus à retrouver l’agence qui m’avait proposé le tour pour 25 sl (une bonne réduction). Une autre agence accepte finalement de m’emmener pour le même prix s’il reste de la place. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Je décide alors de m’y rendre par moi-même. Erreur, grossière erreur. Si prendre le bus pour Chocope n’a rien de compliqué, là-bas j’attends une heure qu’un collectivo arrive en direction de Magdalena de Cao. De là, le moto-taxi m’annonce son prix: 20 sl A/R. Argh! Je négocie finalement à 15 sl. La Huaca Cao Viejo ressemble beaucoup à la Huaca de la Luna mais en moins bien! Sans guide, cela n’a que peu d’intérêt. Le musée attenant est peu intéressant et ne fait que répéter ce que j’ai déjà lu ailleurs. La dame de Cao, le « clou » de ce musée n’arrive pas à me passionner. Je fais vite fait un tour à la Huaca El Brujo mais il n’y a plus grand chose à y voir. Mon moto-taxi, censé m’attendre, a disparu. Heureusement, une famille Liménienne (de Lima, quoi) me prend dans son pick-up. En chemin, on croise alors mon taxi. J’attends moins longtemps pour le collectivo pour retourner à Chocope mais tout ce temps perdu dans les transports pour un site qui n’offre rien de plus que les autres visités me laisse un goût amer. Je râle encore un peu ne trouvant rien d’ouvert vu qu’on est dimanche (mon sang français ressort parfois).

La  Huaca El Brujo

La Huaca El Brujo

En pratique (~3 sl= 1$ ou ~4 sl = 1€)

Chan Chan : je conseille de prendre une agence pour 20 sl. Ne manquez surtout pas la Huaca Esmeralda et la Huaca Arco Iris. Inclus dans le ticket avec le musée : 10 sl adulte/5 sl étudiant. Si vous souhaitez quand même vous y rendre sans agence : prendre le bus pour Huanchaco (1,2 sl) et demander à être déposé au Musée. De là, marcher jusqu’au palais Nik-An (+/- 20 minutes de marche). Si vous souhaitez une visite guidée, le guide coûte 40 sl. Pour ensuite aller à la Huaca Esmeralda, prendre le bus B (1 sl) et demander à être déposé à l’église Mansiche. Marcher ensuite 5 minutes. Revenir vers le centre et au rond-point, prendre un collectivo (taxi : 1,5 sl) qui va vers la Huaca Arco iris.

Huaca del Sol y de la Luna : y aller sans agence vu que le guide est inclus et obligatoire. Musée : 5 sl adulte/3 sl étudiant. Huaca de la Luna (seule Huaca que l’on peut visiter) : 10 sl adulte/ 5 sl étudiant. Pour s’y rendre, prendre un combi C bleu et blanc. Bien demander au chauffeur s’il va aux Huacas del Sol y de la Luna. Ensuite, soit marcher 30 minutes, soit prendre un combi qui passe.

El Brujo : Soit ne pas y aller, soit prendre une agence et négocier! 25 sl, c’est bien assez (n’inclus pas l’entrée). Entrée de la Huaca Cao Viejo et du musée: 10 sl/5 sl étudiant. Intéressant éventuellement si vous n’avez pas l’occasion d’aller voir Chiclayo et ses musées alentours.

Categories: Voyage | Mots-clés : , , , , , , , | Laisser un commentaire

Huanchaco

Après un trajet en bus un peu plus long que prévu suivi d’un autre bus bondé, je suis enfin à Huanchaco. On m’a conseillé de venir là pour visiter les alentours de Trujillo parce que c’est calme et agréable (sic). A ma descente du bus, j’essaie de me remémorrer les termes exacts employés par les touristes m’ayant donné ce conseil. Face à moi, des hordes de touristes majoritairement péruviens, un bord de mer où s’enchaînent hôtels et restaurant touristiques très chers, des taxis qui klaxonnent à tout va, …

La plage de Huanchaco - avant que les touristes ne se lèvent

La plage de Huanchaco – avant que les touristes ne se lèvent

Comme on m’a conseillé le Naylamp, je marche jusqu’à cet hostel situé bien au bout de la plage. Une fois mon sac posé, il est passé 16h et vraiment temps que je mange quelque chose. Je trouve un hamburger végétarien (en fait un hamburger classique dont on a retiré la viande!!), seule nourriture à un prix abordable.

L'église de Huanchaco

L’église de Huanchaco

Je me perds et reperds à la recherche des meilleurs cremoladas de Huanchaco. Lu sur internet et dans le lonely, je ne voyais pas meilleur moyen de bien commencer mon séjour. Une fois ma cremolada goût cappucino en main, je m’installe face à la mer sur la plage. Au moins, il y a de bonnes cremoladas à Huanchaco!Tranquille, le Naylamp

 

Mon hostel est vraiment très agréable et calme et j’y passe la majeure partie de mon temps. Huanchaco possède un marché même s’il est petit et, comme il y a une petite cuisine, j’en profite pour cuisiner. C’est là que je rencontre Lucho, un habitant de Lima en vacances avec son fils. On discute de tout et de rien et il me donne ses coordonnées pour quand je serai à Lima.

Je tente quand même une incursion dans la mer « histoire de dire ». C’est un peu foireux car j’ai choisi un endroit où le fond est tapissé de pierre et j’ai bien du mal à rester debout. A peine rentrée dans l’eau, j’en ressors et fais un peu la crêpe sur la plage. Il n’y a rien à faire, la plage et la mer, ce n’est pas mon truc.

En pratique (~3 sl= 1$ ou ~4 sl = 1€) :

Bus de Chiclayo à Trujillo. Compagnie Americas express. Prix : 15 sl. Départs toutes les demi-heure. Durée : 4 heures. Arrivée dans un terminal assez éloigné du centre.

Bus de Trujillo à Huanchaco : 1,5 sl. Il existe différents bus (H, H coeur, …).

Hostel Naylamp (sur le bord de mer, n°1420). Cuisine grande et propre avec frigo mais seulement 2 taques. Espace très calme. Dortoir, camping et chambres privées. Prix dortoir : 20 sl/personne. Situé en face de la mer, plutôt vers le Nord. Papier toilette. Connexion internet passable. Supers endroits communs : terrasses, hamacs, tables, … Douche incroyable : eau chaude, pression, carpette de bain et super serviette de bain. Une adresse que je recommande bien qu’il y ait moins cher.

Cremoladas – Hostel Oceano: 3 sl. Je vous conseille le goût cappuccino.

Categories: Voyage | Mots-clés : , , , | 2 commentaires

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :