Posts Tagged With: Madidi Travel

Rurrenabaque, mes bonnes adresses

P1060939Agence Madidi travel

On vient généralement à Rurrenabaque pour découvrir la jungle ou la pampa (autre type de végétation et de biodiversité). Si vous cherchez une agence pour aller dans la jungle, grosse surprise, je vous conseille Madidi Travel. Pourquoi? Parce que votre argent servira à la conservation d’une réserve naturelle et parce qu’au-delà de la simple préservation de la nature, cette agence met également en place différentes petites choses pour améliorer la situation de la population locale (déplacements gratuits pour les instituteurs, achats aux communautés locales de produits bios (la majorité des produits sur le marché viennent de La Paz et sont importés du Pérou, Chili, …), le bureau est ouvert aux enfants des rues pour qu’ils aient un endroit où jouer, ….).

Si vous en avez le temps et l’envie, faites un volontariat avec Madidi Travel. Allez sur leur site internet et suivez la marche à suivre. Un mois minimum. Madidi Travel a une agence à La Paz mais aussi à Rurrenabaque: Calle comercio entre santa Cruz et Vaca Diez (juste à côté de Amaszonas).

Panaderia Frances

Vous êtes en Amérique Latine depuis un bout de temps et n’en pouvez plus du pain d’ici. Nostalgique du pays? Rendez-vous dans cette boulangerie, certes un poil cher, mais qui ravira votre palais. Calle Avaroa entre Santa Cruz et Vaca Diez.

Petite échoppe

Pour d’autres douceurs, au coin de la même rue (avaroa et santa cruz), vous trouverez une petite échoppe qui vend de trop bons brownies et des noix de coco fraiche. Pour ces dernières, les plus petites sont bien meilleures et après avoir bu leur jus, vous pourrez demander à ce qu’on vous l’ouvre (ou alors faire votre Mc Gyver) et manger la chair de coco fraîche.

Marché

Comme partout en Amérique Latine, le marché est la valeur sûre pour trouver des produits frais et à bon prix. Sachez cependant qu’en 2014 il y a eu une grosse inondation à Rurrenabaque et que de nombreux potagers et vergers ont été détruits. C’est pourquoi beaucoup de produits sont importés. Progressivement, la situation devrait revenir à la normale mais il est vrai qu’actuellement, on ne trouve pas tant de fruits et légumes.Le marché se trouve au coin de la rue Avaroa et Pando.

Hostel Los Tucanes

Pas énormément d’offre de backpacker correct à Rurre. Pour ceux qui aiment réserver, sachez que le Curichal semble être le meilleur rapport qualité-prix de la ville. Ils ont un dortoir à 40bs mais impossible d’avoir un lit sans avoir réservé parfois plusieurs jours en avance. L’hostel Los Tucanes est une bonne alternative. 40 bs en dortoir de 3 lits avec ventilateur. Douches communes électriques avec eau chaude (mais vraiment pour une fois). Toilettes avec papier toilette (bien qu’il faille constamment leur rappeler d’en remettre. Petit déjeuner un peu radin: pain à volonté mais beurre et confiture en portion minuscule. Thé ou café. Espace hamacs et wifi faible (comme partout à Rurre). Personnel très sympa. L’hostel se trouve au coin de Bolivar et Aniceto Arce.

Pan de arroz fourrés

Dans la calle comercio entre Aniceto Arce et Santa Cruz, vous trouverez après 15h30 des pan de arroz, une spécialité de Rurre fourrés soit au fromage, soit fromage et oignons. 4bs. Je vous conseille d’y être à 15h30, parce que cela part vite, très vite.

Glaces

Ne cherchez pas, il n’y a pas de bon glacier à Rurrenabaque. Mais si l’envie vous vient d’une énorme coupe, il y a Flipper: calle Santa Cruz entre Bolivar et Bush. La coupe du même nom avec ses morceaux de brownies, sa chantilly et sa sauce chocolat est particulièrement gourmande (22 bs). Dans la calle comercio, vous trouverez aussi une dame qui vend des glaces au cornet dans un petit magasin. 7 bs les 3  boules.

Beaucoup de magasins de seconde main dans la calle comercio. Vous y trouverez T-shirts à manches longues ou chemises pour vous protéger des moustiques.

Categories: Voyage | Mots-clés : , , , | Laisser un commentaire

Madidi Travel, mon (probablement) dernier volontariat

reflet lacAprès un trajet pas de tout repos, je passe ma première journée à comprendre le fonctionnement du bureau et à aider Adri, un volontaire Espagnol, dans les diverses tâches à effectuer. Chance du débutant, nous vendons un tour à 4 Anglais.

La casa grande

La casa grande

Avant de continuer cet article, quelques mots sur Madidi Travel. C’est une agence de voyage qui organise des tours dans la jungle. Jusque là, classique. La différence avec les autres agences est que Madidi Travel possède sa propre réserve privée de 4000 hectares où les touristes vont découvrir cette nature incroyable. Les bénéfices générés par ce tourisme permettent le maintien des infrastructures mais également la conservation de la réserve et le sauvetage d’animaux en danger. En bref, c’est du tourisme responsable et durable. Du vrai.

lac san fernandoPendant mon séjour d’un mois à Rurrenabaque, j’ai eu l’occasion de voir les receleurs de peaux de bêtes (jaguar, caimans) à l’œuvre tous les dimanches à la feria. J’ai pu également apprendre en direct, l’abattage illégal d’arbres dans la réserve. Toute l’équipe s’est alors rendue sur place pour chasser les bûcherons et confisquer leur matériel. Preuve en est que cette réserve est bien nécessaire.

Le tapir qui veut toujours nous accompagner

Le tapir qui veut toujours nous accompagner

J’ai donc été volontaire. Mon rôle ? Traductrice. J’ai accompagné des groupes ne parlant pas Espagnol et j’ai assuré la traduction tantôt vers l’Anglais, tantôt vers le Français. Un super exercice de gymnastique mentale et surtout, l’occasion de faire et voir tout ce que les touristes sont venus découvrir. J’ai ainsi pu pêcher, voir beaucoup, beaucoup d’animaux, faire de l’artisanat, pagayer sur le lac (très fatiguant de pagayer).

Le capibara et le singe nocturne, deux amis inséparables

Le capibara et le singe nocturne, deux amis inséparables

Le deal, on paye nous-même notre hébergement et notre nourriture quand on est à Rurrenabaque (en ville donc) et dans la réserve, on ne paie rien (au sens propre, vu qu’il n’y a rien à dépenser et qu’on est nourri et logé). On verse une caution de 700 bs avant le début du volontariat qui nous a tous été reversée. A Rurrenabaque, on avait accès à la cuisine, ce qui était bien pratique.

rio beniAprès quelques jours à vendre des tours aux touristes, voilà que deux groupes ont besoin d’une traduction. Jennifer et moi, nous partons donc assurer ce travail accompagnées d’Adri et Simon, deux autres volontaires qui aident les travailleurs de la réserve. Notre aventure commence par trois heures de bateau sur le Rio Beni, occasion de voir déjà des tortues, un paresseux et des oiseaux.

Magnifique photo de Jennifer Ocquidant

J’ai passé en tout environ la moitié de mon temps dans la réserve. J’ai pu voir pas mal de singes (mes animaux préférés ^^) : singes paresseux, nocturnes, araignées, écureuils, capucins, hurleurs.

Moi aussi, je n'utilise pas de coton-tige

Moi aussi, je n’utilise pas de coton-tige

Toute une flopée de singes à repérer dans les arbres et qui tels des acrobates sautent de branches en branches pour aller chercher sa nourriture, mais surtout pour jouer. Je pouvais passer des heures à regarder les singes araignées grimper en haut, tout en haut d’un arbre et s’en élancer pour atterrir dans le feuillage d’un autre, à deux doigts de se casser la gueule.

Imaginez-les sautant de branche en branche et mangeant de petits fruits entre leurs petites pattes! Photo de Jennifer Ocquidant

Imaginez-les sautant de branche en branche et mangeant de petits fruits entre leurs petites pattes! Photo de Jennifer Ocquidant

A côté des singes, il y avait également d’autres animaux : tapirs, capibaras (cochon d’Inde géant), peccary (une sorte de sanglier), piranhas, caïmans, alligators et de nombreux oiseaux (dont l’oiseau Serere, l’oiseau le plus vieux du monde).

caimanUne partie de ces animaux restent à proximité de la maison principale puisqu’ils ont été sauvés par l’agence. En général, c’était des animaux vendus sur les marchés pour finir comme animal de compagnie après que leur mère ait été tuée. On avait ainsi 4 singes araignées, 2 tapirs, 1 capibara, 1 peccary, 2 macaws et un singe nocturne à tourner autour de la maison.

singe nocturneAmusant mais aussi fatiguant puisque les singes ont comme passe-temps de chercher à tout prix à rentrer pour attraper de la nourriture (ils adorent vraiment les bananes). Et nous pendant ce temps-là, on passait une partie de notre temps à leur courir après pour les faire sortir sous le regard amusé des touristes.

Héron

Photo de Jennifer Ocquidant

A côté de l’observation d’animaux, j’ai aussi appris pas mal de choses sur les plantes médicinales et la culture des Tacañas (l’ethnie de la population locale dont font partie les guides). C’était d’ailleurs très intéressant d’avoir affaire à différents guides avec différents groupes et d’ainsi avoir différents sons de cloche. On a aussi fait un peu d’artisanat à partir de graines qui donne très, très bien.

papillon chouette

Photo de Jennifer Ocquidant

J’ai beaucoup aimé les temps passés sur les lacs, de toute beauté. L’occasion de voir de magnifiques couchers de soleil et d’observer la jungle qui se reflète dans l’eau.

Ah qu'on se la coule douce...

Ah qu’on se la coule douce…

Beaucoup de travail sur place ainsi qu’à Rurrenabaque mais une expérience unique qui sera difficile à oublier.

coucher de soleilUn super volontariat donc. Un très bon deal aussi puisqu’il n’y avait pas de volunteering fee à payer et une occasion unique pour moi de découvrir la jungle (sans cela, je pense que pour raisons budgétaires, je n’aurais pas été à Rurrenabaque). Vous êtes tenté? Rendez-vous sur le site internet de Madidi Travel et lisez la page volontariat. Ils recherchent également des volontariats à long terme si vous êtes prêts à vous engagez six mois/1 an.

Categories: Voyage | Mots-clés : , , | Laisser un commentaire

En route vers Rurrenabaque, en bus bien sûr!

Après le Salar d’Uyuni, j’ai directement pris un bus de nuit pour La Paz. Après m’y être gelée dedans malgré deux grosses couvertures, mon legging de ski sous mon pantalon, 4 pulls, un foulard, une écharpe et des gants, je me suis promise de ne plus prendre de bus de nuit dans l’altiplano. L’hiver est là (et oui, ici les saisons sont inversées) et la nuit, on est décidément bien mieux au chaud dans un lit. (malheureusement, je verrai que ce n’est pas toujours possible)

Après une journée repos, je me ballade en ville et tombe sur le bureau de Madidi Travel. C’est une agence de voyage qui organise des tours dans la jungle. J’ai postulé et été prise deux mois auparavant. Je vais les saluer et la femme que je rencontre me dit qu’elle ne sait pas qui je suis et que je ne suis pas dans le planning des volontaires. Je lui montre alors l’email reçu qu’elle transmet. Elle me demande également quand je commence et je lui dis que je devais commencer début juin mais que je suis flexible et peux commencer quand ils veulent. Je suis prise au pied de la lettre puisque quelques heures plus tard, je reçois un email me demandant si je peux passer au bureau et partir le lendemain pour Rurrenabaque. Après tout, qu’est-ce qui m’en empêche ? J’accepte.

On nous explique assez rapidement ce que l’on sera chargés de faire, comment est la réserve, quelle est son histoire, etc.

Je pars le lendemain pour 18h de bus en compagnie d’Ivanna, une autre volontaire, venant d’Argentine. Le trajet démarre très mal. Au moment où je donne mon sac à dos à mettre en soute, le garçon chargé des bagages écrit dessus à l’indélébile la destination. DIRECTEMENT sur mon sac à dos. Le sac avec lequel je voyage depuis 9 mois, toute ma maison, mon sac chéri. Je rage.

P1060761Le reste du trajet se passe heureusement sans encombre malgré la terrible réputation de cette route. Pour résumer la situation, sachez que ces 18h de bus nous permettent de parcourir 418 km. Ce qui donne une moyenne de 23 km/h. Une route sinueuse nouvellement construite pour éviter ce que l’on appelle « la route de la mort », une ancienne route qui était particulièrement dangereuse.

Mais pour nous, pas de stress bien que l’absence de ceinture de sécurité ne soit pas particulièrement agréable sur un tel trajet. On arrive à 5h du matin au terminal de Rurrenabaque et je m’aperçois, encore énervée par l’épisode du marqueur permanent, que j’ai perdu mon Opinel. J’essaie de rester calme mais avec la fatigue du bus, l’inconnue du volontariat et peut-être un début de nostalgie du pays, perdre un couteau que j’ai depuis 10 ans, que j’avais pyrogravé avec mon totem scout, c’est le bout. Je me répète que ce n’est qu’une perte matérielle, que cela n’a aucune importance.

Je cherche un hostel bon marché, sympa et si possible, avec piscine. C’est qu’il fait chaud à Rurre. Je fais le tour de quasiment tous les hostels et finis à l’hostel Los Tucanes, seul hostel à accepter une réduction alors que je passerai en tout une quinzaine de nuits. Pas de piscine mais un patio avec hamacs et une salle à manger où est servi le petit-déj.

Une fois installée à l’hostel, j’ai encore un peu d’espoir de retrouver mon couteau et retourne tout mais sans succès. Je me revois mettre mon opinel dans ma poche après avoir mangé une orange. Poche sans tirette bien sûr, d’où il aura glissé sans difficulté.

Ce trajet n’aura pas été de tout repos mais heureusement, le volontariat qui va suivre sera à la hauteur de mes espérances et la ville de Rurrenabaque, bien sympa, une fois apprivoisée. Si vous hésitez, sachez que je suis retournée à La Paz en bus! Mais que sur 5 volontaires arrivés en bus, 3 sont repartis en avion.

En pratique

Bus Yungeña : 70 bs. Durée : 18h. Départ vers midi. C’est l’agence Madidi Travel qui m’avait directement pris mon billet donc je n’ai dû m’occuper de rien. Les bus ne partent pas du terminal « classique » mais du quartier Villa Fatima.

En avion, comptez 40 minutes de trajet pour environ 600 bs avec Amaszonas ou 450 bs avec TAM (retards et annulation assez fréquents).

Categories: Voyage | Mots-clés : , , , , | Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress.com.

%d bloggers like this: