Posts Tagged With: Latacunga

Latacunga et le festival de la Mama Negra

Arrivée à Latacunga la veille du festival, j’apprends lors du petit-déjeuner que le festival démarre à 10h. On se rassemble à la réception et en groupe, on quitte l’hostal pour voir la parade. On s’approche de la rue où celle-ci doit passer mais la foule est si dense qu’on n’arrive même pas à s’approcher des gradins. On cherche donc à contourner cette rue pour se trouver une place plus loin. Tout aussi impossible. On est manifestement arrivés un peu tard.

Danseuses

Là, l’un d’entre nous, se rend compte qu’il n’a plus son smartphone. Il lui parait impossible qu’on le lui ai volé et son portefeuille qui se trouvait dans la même poche y est toujours. Cependant, plus tard à l’hostal, il constatera bien qu’un pick-pocket a été plus habile que lui. On finit par se rendre là où la parade doit se terminer et après bien des hésitations, on se prend un siège.

Une fois assis, on se rend compte du soleil de plomb. Tellement occupés à se préparer pour éviter tout vol, on a complètement oublié le soleil. Ni crème, ni casquette pour se protéger et au final, de beaux coups de soleil.

De notre place, on verra cette longue parade (environ 5h) où défilent de nombreuses paroisses de la région et même plus loin. Passent des hommes et femmes dansant des danses traditionnelles. La plupart des paroisses sont accompagnées de leur orchestre et de l’Ashanguero, un porteur de cochon géant planté sur des piques et entouré de poulets.

Cochon mama negra

Il y a également Los Huacos, ce sont des sortes de clowns qui choisissent des personnes dans la foule pour leur enlever leurs démons. Ils leur tournent autour en leur crachant de l’alcool et les fouettent (gentiment) avec des bois de cerfs. Ensuite, ils demandent une étrenne pour la purification.

Huacos

Autres personnages, il y a les Camisonas, hommes travestis en femme qui soulèvent leur robe, dévoilant ainsi leur porte-jarretelle où sont accrochés des billets.

Travesti mama negra

A la fin de la parade, vient (enfin!) la Mama negra, homme dont le visage est peint en noir et qui jette sur la foule un liquide que je n’ai pas pu identifier.

La Mama Negra

Ensuite, la ville se transforme à ce qui ressemble vraiment à une ville étudiante. Les voitures arrêtées dans la rue servent à la transformer en discothèque et l’alcool coule à flot. Des grands mères assises sur leur balcon observent cela tranquillement tout en tricotant.

En pratique :

Dates du festival Mama Negra : en 2014, c’était le 23 et 24 ainsi que 28 et 29 septembre et enfin le 8 novembre. Faites bien attention aux pick-pockets et surtout rappelez-vous que si vous n’avez rien sur vous, on ne peut rien vous voler.

J’ai à nouveau dormi à l’Hostal Tiana. Pas d’augmentation de prix (10$ le dortoir petit déjeuner inclus) contrairement à beaucoup d’autres hostels. Les sdbs sont restées propres malgré l’affluence record. Pas d’attente au petit-déjeuner : 10/10 !

Advertisements
Categories: Voyage | Mots-clés : , , , | Laisser un commentaire

De Isinlivi à Puerto Lopez en passant par Latacunga et beaucoup trop d’autres villes

equateur_2Ayant terminé mon séjour à Isinlivi, je décide de me rendre à la côte dans l’espoir de voir quelques baleines retardataires (la saison des baleines est en effet de juin à septembre).

Après avoir pris le lechero ou milktruk et avoir été incroyablement secouée pendant 1h10, j’arrive à Toacazo où je prends le bus pour Latacunga. A 11h30, je suis au terminal terrestre. Jusque là, mon voyage s’effectue plutôt rapidement.

Pour la suite, je sais qu’il y a un bus de nuit à 21h pour Puerto Lopez mais je suis moyennement tentée par la longue attente et par le bus de nuit. Je décide donc d’avancer déjà, quitte à dormir dans une ville étape.

Je demande des informations aux guichets et tous me répondent de prendre le bus pour Quito. Je prends donc ce bus. Arrivée à Quito, je ne trouve pas de bus direct pour Puerto Lopez. Alors, comme on m’avait dit de prendre un bus pour Santo Domingo, je fais cela.

Arrivée à Santo Domingo, il y a encore 6h de bus pour Porto Viejo, la ville proche de Puerto Lopez. J’arriverais trop tard à mon goût, je décide donc d’aller dormir dans un petit hostel et de continuer le lendemain. Je sors enfin mon lonely et en regardant la carte, je me rends compte du détour que je suis en train de faire.

Le lendemain, je prends encore un bus pour Porto Viejo, un autre pour Jipijapa et enfin, un bus pour Puerto Lopez !! Bref, la prochaine fois, je regarderai la carte AVANT de partir. Ici, on m’a confirmé qu’il y avait des bus directs au moins pour Portoviejo depuis Latacunga.

Autre morale : en Equateur, dans les terminaux de bus, les différents bureaux sont différentes agences privées de bus. Parfois, ils vous conseillent de vous rendre dans telle ville, simplement parce qu’ils ont un bus qui part bientôt pour cette destination. Il n’est pas facile d’obtenir des infos claires et précises. La prochaine fois, je prendrai bien mon temps avant de me décider quitte à devoir attendre plus longtemps entre deux bus (pour le retour, j’ai directement demandé l’horaire en arrivant).

En pratique  :

Lechero de Isinlivi à Toacazo (1h10) : 1,5$. Prenez ce lechero en haut du village, au Y devant le collegio (il y a un abribus). Il part à 9h précises (soyez un peu en avance).

De Toacazo, il y a très régulièrement des bus pour Latacunga (0,5$).

L’alternative pour rejoindre Latacunga est de se rendre avec l’autre lechero (celui qui part devant l’église) à Sigchos. Cela coûte 0,75$ et il part vers 9h00 (horaire plus fluctuant). De Sigchos, en semaine, vous avez un bus à 14h30 et un autre à 16h30 pour Latacunga. Le samedi, il y a un bus à 12h30 et 14h30. Le dimanche (jour de marché à Sigchos), il y a beaucoup de bus pour Latacunga.

Pour le reste du trajet, je pense qu’il vaut mieux prendre le bus de nuit (départ 21h) qui fait Latacunga Puerto Lopez (9$) ou prendre un bus pour Queveido et ensuite continuer vers Porto Viejo et Manta (mais moins direct).

Categories: Voyage | Mots-clés : , , , , , | Laisser un commentaire

Latacunga et le marché de Saquissili

Mardi 16 septembre, départ pour LatacLatacungaunga afin de rejoindre la boucle du Quilotoa. Arrivées en début d’après-midi, on s’en rendues au petit marché où on a mangé et acheté des légumes pour notre repas du soir. Le lendemain, j’ai visité la ville en compagnie de Pedro, un Australien. J’ai été étonnamment surprise par le nombre de jolies petites places et de petits parcs ainsi qu’une flopée d’églises.

A l’hostel, j’ai rencontré plusieurs voyageurs qui envisageaient de commencer la boucle. Je me suis rendue avec deux d’entre eux au marché de Saquissili le lendemain et en ai retrouvé deux autres au Llullu Llama.

Tout de suiMandarinas, mandarinas!te après avoir avalé notre petit déjeuner, on a été prendre le bus à la gare routière. Environ une demi-heure plus tard, nous étions arrivés à Saquissili. Premier objectif: trouver mon bus pour Isinlivi et y déposer mon sac à dos. Pour cela, on a dû jouer à une partie de cache-cache avec les bus pour trouver celui qui irait à Isinlivi. Chaque personne à qui on demandait nous répondait inlassablement, après le coin, après le coin. Je ne vous dis pas comme on a tourné.

Une fois mon sac déposé dans le bus, nous partons à la découverte du marché. Le marché des animaux est particulièrement intéressant avec ses lapins, poules, cochons d’Inde, chiens, chats, canards, … dans des cages et ensuite vivants dans de grands sacs à farine. Il y a d’une part les animaux « à manger » et les mascottes, les animaux de compagnie. Cuy

Ali, un des voyageurs qui m’accompagne, s’amuse à acheter un cochon d’Inde et à essayer de le revendre à profit. Bien évidemment, pari raté, il l’a acheté 4$ et revendu 2$ mais au moins, on se sera bien amusé. Le reste du marché est assez utilitaire (produits ménagers, vêtements, casseroles, …) mais il y a bien évidemment plein de nourriture, des fruits et des blocs de sucre de canne bruts.

En pratique :

DeSucre de canne brut Quito, rejoindre le terminal de Quitumbe en prenant le bus (0,25$). Ensuite, bus direct pour Latacunga (1,75$). De là, taxi 1$ jusqu’à l’hostel Tiana.

Hostel Tiana : 10$ la nuit, petit-déjeuner inclus. Thé et café gratuit.

Bus de Lacatunga à Saquissili : 0,3$. Marché tous les jeudis matins.

Bus de Saquissili à Isinlivi : le jeudi à 11h. 1,80$.


Categories: Voyage | Mots-clés : , , | Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress.com.

%d bloggers like this: