Posts Tagged With: argent

Argentine, la récap’

L’Argentine, j’y ai passé 5 semaine du 19 juillet au 25 août 2015. Dernier pays de mon année en Amérique Latine, il n’a pas été mon préféré. J’ai commencé à sentir l’usure du voyage mais rassurez-vous, tout n’est pas noir, loin de là.

Budget

Avant d’arriver en Argentine, alors que j’étais coincée en Bolivie, j’ai commencé à flipper très fort concernant le budget qu’allait engloutir l’Argentine. Tous les voyageurs rencontrés n’arrêtaient pas de répéter que c’était hors-de-prix, ce qui est rarement agréable à entendre. Heureusement, la réalité est bien plus soft et avec un peu de jugeote et quelques bons plans, on s’en sort bien.

Tout d’abord, les transports constituent le plus gros poste de dépense. Premièrement parce que l’Argentine est grande. Mais au-delà des distances, aussi parce que les compagnies de bus sont beaucoup plus chères au km que dans les autres pays parcourus. Heureusement pour ce prix, on a de très bons bus mais pour de petits trajets, j’aurais parfois préféré un bus très simple et moins cher. Gros bon plan : faire Iguazu-Buenos Aires avec la compagnie Brésilienne Pluma : moitié moins cher qu’en prenant le bus du côté Argentin.

Concernant l’hébergement, ce n’est pas plus cher qu’en Bolivie. J’ai en général payé 100 pesos en dortoir, changé au Blue, cela fait 7,5€ la nuit. La plupart des hostels ont une cuisine, ce qui permet bien sûr d’économiser sur la nourriture. De plus, j’ai découvert bien tard que dans tous les hostels « hola » (ils sont nombreux), on peut demander gratuitement une carte de membre dès la première nuit et avoir ainsi -10%.

La nourriture est plus chère que dans les trois autres pays que j’ai visité (Equateur, Pérou et Bolivie) mais on se rattrape en cuisinant soi-même.

Les visites ne sont pas toutes hors-de-prix, loin de là. Beaucoup de villes ont un jour où les musées sont gratuits (le mercredi à Buenos Aires et Cordoba). Les autres jours, les prix sont de toute façon démocratiques. Iguazu et les ruines de San Ignacio sont par contre beaucoup plus chers, un budget à prévoir. Il y a des Free Walking Tour à Buenos Aires et Cordoba, l’occasion de découvrir la ville avec un guide local à un prix libre (pas gratuit donc, il faut donner un pourboire).

Je n’ai fait aucun tour organisé ou visite guidée payante, parce que là, il faut casser la tirelire. Je ne me suis cependant privée de rien puisque je n’envisageais aucun tour de la sorte.

Le « Blue »

Grande question qui tracasse de nombreux voyageurs, le blue, c’est essentiel en Argentine. Le Blue, c’est un marché parallèle et illégal qui permet de changer ses dollars ou euros à un prix très avantageux. Cela vous paraît compliqué ? Cela ne l’est absolument pas. Vous arrivez d’Europe, prenez des euros avec vous pour couvrir tout votre séjour en Argentine. Vous arrivez d’un autre pays d’Amérique Latine, retirez des dollars (c’est ce que j’ai fait à Sucre en Bolivie).

Ensuite, une fois dans le pays, changez ces dollars. J’ai changé mes dollars à +/- 15 pesos pour 1 dollar. Si j’avais retiré au distributeur, j’aurais reçu 9,5 pesos pour 1 dollar. Grosse différence !

Où changer ? Dans la rue, généralement près de la Plaza de armas (la place centrale). Dans tous les cas, demandez à votre hostel où aller, ils savent très bien où se trouvent les arbolitos (ces changeurs qui restent immobiles et cherchent des dollars, verts). Certains hostels offrent aussi comme service de changer vos dollars. Tout service se paie et vous bénéficierez d’un moins bon taux. Mais si le change vous fait peur, profitez-en et payez votre sérénité en changeant un peu moins bien. Ce sera toujours mieux que le taux du distributeur.

A cours de cash ? Passez une frontière. Dans certains pays on peut retirer directement des dollars (uniquement certains distributeurs), dans d’autres, on retire en monnaie nationale et on change ensuite en dollars. Que l’on rechangera ensuite en pesos, une fois de retour en Argentine.

Le plus touchy, je trouve, c’est de se promener avec plus d’argent sur soi. Lors de mes déplacements, au début, j’avais 700$ sur moi. Très peu habituée à avoir autant d’argent en liquide, cela ajoute un petit stress aux trajets.

La monnaie

P1080087Au-délà du change au Blue, le problème de monnaie est encore plus grand que dans les autres pays traversés. Si ailleurs, je cherchais toujours à casser mes billets chaque fois que c’était possible, ici, on est dans du high level. La plupart du temps, on ne vous rend pas la monnaie pour un ou deux pesos. Les supermarchés ont aux caisses des « monnaies alternatives » sous forme de bonbons voire de sachets de thé. La première fois qu’on m’a tendu un caramel au lieu de ma monnaie, j’ai dû faire une drôle de tête mais on s’y habitue. A Buenos Aires, de nombreux magasins achètent vos pièces au-dessus de leur valeur.

Nourriture

L’Argentine ne m’aura pas charmée avec sa nourriture. S’il est vrai qu’elle fait de meilleures glaces que ses voisins, pour le reste, j’ai été déçue. J’ai préféré, de loin, les empenadas de Bolivie (que l’on appelle là-bas Salteñas). Le fameux steack ne m’aura pas convaincue. Il faut dire que je ne suis pas très carnivore. Le locro, plat traditionnel dans le Nord-Ouest Argentin, sans être mauvais, ne me laisse pas non plus un souvenir impérissable.

Un peu plus de confort

Arrivée en Argentine le jour de l’anniversaire de ma mère et mon frère, j’ai redécouvert le bon Wifi et la possibilité de vraiment skyper. J’ai aussi eu du chauffage pour la première fois de mon voyage. La plupart des hostels sont mieux équipés (il y a très souvent une bonne cuisine) et un petit-déjeuner est presque toujours inclus.

Les Argentins

S’ils sont parfois bruyants et un peu trop remuants, ils possèdent une grande qualité qu’on ne peut nier : ils sont très, très hospitaliers et généreux. Jamais un Argentin ne mangera ou boira quelque chose sans t’en proposer. Chez eux, le partage semble inné et l’envie d’aider l’autre, toujours présente. Vous aurez donc probablement l’occasion de partager un maté avec l’un d’entre eux ou de participer à une parrilla. Un exemple à suivre!

Top 3 de mes activités préférées

  • Cafayate : je sais, ce n’est pas une activité et plus qu’un lieu puisque c’est un village mais j’ai vraiment eu un coup de cœur. Chouette auberge de jeunesse, magnifique promenade des cascades, magnifique vallée parcourue à vélo en bonne compagnie et pour quitter ce village, stop jusqu’à Tucuman. Si je vous dis également qu’il y fait une température idéale même en hiver et que le village est plein de glaciers, vous saurez qu’il ne faut manquer de s’y arrêter sous aucun prétexte.
  • Les chutes d’Iguazu. Iguazu, si tu voyages en Amérique Latine, tu en entendras parler du premier au dernier jour de ton voyage. Miracle de puissance de la nature, ce lieu nous rappelle que l’homme a beau avoir l’ambition de dompter la nature, c’est elle qui impose ses règles.
  • Buenos Aires. Bien que très peu fan des villes en général, j’ai aimé cette ville où l’on découvre l’histoire du pays en la visitant. L’architecture hétéroclite vous promet de longues balades le nez en l’air.

Top 3 des hébergements que j’ai préférés

  • Hostel La Juana à Humahuaca. Chouette ambiance, chauffage, lits confortables, staff génial, petit-déjeuner, cuisine, … Difficile de lui trouver des points négatifs.
  • Hostel Huayra Sanipy: Chouette ambiance, eau bien chaude, grand jardin à l’arrière où le staff organise des parrillas. Un lieu où se poser.
  • Hostel Puerto Limon. Propre, eau chaude, chauffage. Très fonctionnel mais manque une ambiance auberge de jeunesse où tout le monde sympathise et échange ses bons plans.

 

Advertisements
Categories: Voyage | Mots-clés : , , | Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress.com.

%d bloggers like this: