Posts Tagged With: altitude

Le tour de l’Ausangate

P1060170Dans la région de Cusco, ce ne sont pas les treks qui manquent. En ayant traîné sur les forums de voyage, j’ai entendu parler du trek de l’Ausangate, trek magnifique mais qui se mérite. J’ai d’abord pensé trouver des coéquipiers dans l’hostel où je logeais mais la plupart des voyageurs ayant un temps compté, aucun n’envisage ce trek.P1060070

Je finis donc par chercher une agence, n’ayant pas envie de le faire seule. Je commence alors à faire le tour des innombrables agences affichant Ausangate sur leur devanture. Je me rends vite compte que ce ne sera pas aussi simple que je ne le pensais. En effet, après plus d’une dizaine d’agences, je n’en ai toujours trouvée aucune qui a un groupe souhaitant faire « la boucle », soit 5 jours de randonnée autour du massif.

P1050995J’entre dans une énième agence et voilà qu’un homme me siffle dans la rue. Pas très élégant comme approche mais il m’annonce tout de suite avoir un tour partant le lendemain. Il aurait deux Français. Les deux Français se transforment vite en Davy, souhaitant faire le tour seul. « Mais t’inquiète, n’importe quel homme acceptera de le faire avec une femme ». Heu ? Sûr ?

P1050938Bref, le lendemain, je me retrouve dans le bus pour Tinke, la ville de départ du trek. Arrivés là-bas, Cirilo, notre guide, arriero et cuisinier pour le tour entame un conciliabule avec Davy. Il veut s’assurer que celui-ci est bien d’accord pour marcher avec moi. Et s’il dit non, je me retrouve seule avec un autre arriero alors que je n’ai pris une agence que pour faire le voyage en groupe, aussi petit soit-il. Peu importe puisque Davy accepte ma présence.

P1050951Au début, on marche dans le nuage. Alors forcément, on ne voit pas grand chose. On arrive chez Cirilo où il nous cuisine le repas de midi alors que dehors, c’est le déluge. Mais une fois les mules chargées (et qu’on a bien sûr enfilé nos ponchos, etc…), la pluie s’est arrêtée. En chemin, on voit pas mal d’alpagas et de jolis paysages.

P1060080On arrive au premier campement sous une nouvelle pluie qui s’arrête pendant que l’on monte les tentes. Davy souffre de l’altitude et moi, comme à mon habitude, je ne sens rien.

P1060146Le second jour, pendant que Cirilo termine de ranger, nous partons devant pour marcher à notre rythme et prendre des photos. Sur le chemin, on aperçois deux viscachas. Ces adorables animaux mi-lapin, mi-écureuils ne sont absolument pas farouches et se confondent avec les pierres. De véritables « Où est Charlie? » naturels.

Arrivés au col (4600 m), Cirilo nous rejoint et l’on continue cette journée sans grosse montée. On campe près d’une lagune, à côté d’alpagas et comme d’habitude, cela caille!

Le lendemain, Cirilo nous explique le chemin, cela a l’air simple mais rapidement on se rend compte qu’il n’y en a pas vraiment. Peu importe puisqu’on va +/- tout droit et qu’on fait le tour d’une montagne. Nous sommes seuls, à observer les montagnes enneigées, voir des viscachas et trouver des lagunes. Après un premier col à 4900 m, on redescend direction notre col le plus haut: 5200m. Davy s’aide de sa petite bouteille d’oxygène et moi, je marche fièrement devant. Arrivés en haut, la vue est magnifique et même si notre guide veut redescendre assez vite, on prend le temps de prendre nos photos « touristes » ou « j’y étais » (en même temps, on n’est pas tous les jours à 5200m). On redescend assez rapidement, observant une lagune rouge et toujours nos amis les alpagas. Après avoir avalé rapidement notre repas, on repart sous une grêle qui heureusement ne dure pas. Toujours pleins d’alpagas dans la vallée, une marche qu’on commence à trouver longue et la dernière montée du jour. Notre campement est bordé de roches où, lorsque j’y vais satisfaire un besoin naturel, je trouve pleins de viscachas sautant partout. J’adore!

P1060034Le 4e jour, on est presque sortis de l’auberge avec une montée de 3h jusqu’au dernier col à 5000m suivi de 3h de descente jusqu’à un petit village où nous attendent des sources chaudes. Il fait assez froid et l’idée d’enlever mes 4 couches de pulls m’ôtent toute envie de faire un plongeon.

P1060144Le 5e jour, ce n’est que du très simple et un peu ennuyeux. De la descente, quoi. On arrive vers 11h à Tinke pour reprendre le bus direction Cusco.

P1060036

En pratique

Agence Mistic Planet Adventures (Goyo) : calle suecia 300-C. Prix négocié: 550 sl. N’inclut pas le premier petit-déjeuner et le dernier repas de midi. Les bains thermaux sont également à payer à part. L’entrée pour l’Ausangate (10 sl) est incluse. Sur la route, un homme a essayé de nous faire payer une seconde entrée. On a refusé. Pas de chemins, pas de poubelles, pas d’infrastructure. On nous prend pour des cons?

Avec guide : Cirilo Gonzalo Huamán. cigohotrek@hotmail.com, 984-495578/ 958-155107. Cirilo cherche à travailler un maximum sans agence et est hautement conscient de l’impact d’internet. Il cherche donc à tout prix à nous satisfaire pour qu’on le recommande. Il est aux petits soins et s’excuse constamment « au cas où ses services ne seraient pas à la hauteur ». T’inquiète Cirilo, t’étais super!

Sans agence : Les bus pour Ocongate-Tinke partent du COLISO CERADO. Le prix du billet Cuzco-Tinke  était de 10 soles/personne. Durée: 3h. Pour louer votre matériel, allez chez Rosly. J’y ai loué un sac de couchage Husky, -20°C en duvet naturel. Indispensable!

Categories: Voyage | Mots-clés : , , , , , , , , | Un commentaire

Huaraz et alentours: le trek de Santa Cruz

Huaraz est située à 3080m d’altitude et est au fond d’une vallée. Autant vous dire que quand on arrive là pour explorer les environs, il faut d’abord penser à s’acclimater. C’est ce que j’ai fait avec les excursions d’une journée (Laguna 69, Pastoruri, Laguna Wilcacocha, Churrup).

P1040814Une fois bien acclimatée, j’ai fait le tour des agences pour faire le fameux trek de Santa Cruz. C’est un trek de 4 jours/3 nuits à portée de (presque) tous. A Huaraz, toutes les agences le proposent. Cependant, toutes ne l’organisent pas, loin de là. Voici trois noms d’agences qui l’organisent: Ganesa, Galaxia et Montrek. J’ai été voir ces trois agences, leur ai posé de nombreuses questions et me suis finalement décidée pour Ganesa.

Un mardi, 6h du matin, on monte tous dans le mini-bus qui nous mènera au début de la marche après près de 5 heures de route. On forme un groupe de 8 randonneurs: deux Français, un Suisse, deux Espagnols et deux Hollandais. Moyenne d’âge: 25 ans. Notre guide, Marguarita est une petite Péruvienne qui n’arrête pas de rire. L’ambiance est assurée.

P1040686Le premier jour, on ne marche qu’environ trois heures jusqu’au premier campement. Le lunch du midi a déjà effrayé certains gars qui se demandent s’ils vont mourir de faim durant les trois prochains jours. Cependant, avant qu’on n’ait pu entendre le premier gargouillis, voilà que le tea time arrive. Dans une tente « salle à manger » et sur de petits sièges, nous mangeons donc des crackers et buvons du thé. A peine le temps de finir qu’arrive un souper très copieux et fort bon pour du camping.

Le lendemain, le petit déjeuner est lui aussi bien assez grand. Non, on n’aura pas faim pendant ce trek (j’avais lu qu’avec certaines agences, ce n’était pas trop ça). Il est 7h00, on a mangé et on décolle pour la grosse journée: 7h00 de marche avec un col, Punta Union à 4750 m.

punta unionOn commence par une montée lente puis à un moment, Marguarita pointe la montagne en face. « Vous voyez le V? C’est le col ». Vu qu’elle a l’habitude de blaguer, je rigole, me disant qu’on passerait sûrement plus à gauche. Mais non, c’est bien cette grand montée qu’on s’apprête à faire. Alors qu’elle nous annonce, 1h30/2h00, j’arrive en haut après 50 minutes de marche en compagnie d’un Français. Le reste du groupe arrivera dans l’heure et demie.

La vue depuis le col

La vue depuis le col

Passé le col, s’ensuit une grande descente et l’arrivée au camp sous une pluie peu abondante. Le soleil prend le relais et nos affaires sèchent vite. Ce sera notre campement le plus haut (4200 m). Marguarita qui est aussi notre cuisinière, nous surprend avec des tequeños, roulés au fromage pour le tea time. Rapidement, le dîner suit et à 19h00, le thé est pris. On ne va quand même pas se coucher à cette heure? Et bien si! Enfin, on attendra quand même 20h00 avant de céder face au sommeil, ou plutôt essayer. Il n’est en effet pas facile d’avoir assez chaud pour dormir ni de s’endormir aussi tôt.

P1040763Dernier « gros » jour de marche mais pour ce troisième jour, ne nous attend presque que de la descente. Après une petite montée à un mirador pour apprécier les montagnes environnantes, on descend dans la vallée qui a été en partie détruite par un éboulement en 2012. Le dernier campement se trouve à côté de la magnifique rivière. C’est beau mais malheureusement, cela attire aussi les moustiques. Ce soir, c’est pop corn avant le repas!

valléePour le quatrième jour, on ne marche que deux heures afin de rejoindre le village d’où vient nous rechercher un collectivo. Juste le temps de prendre une bière tous ensemble et on rejoint Huaraz.

P1040815Ce soir-là, après avoir pu profiter d’une bonne douche au retour, on s’est tous retrouvés pour manger ensemble une dernière fois.

Merci les mules!

Merci les mules!

Pendant les 4 jours du trek, nous n’avons pas été embêté par la pluie et avons seulement marché 30 minutes sous la pluie. On a peut-être eu beaucoup de chance mais globalement, en saison des pluies, si on part tôt, on peut y échapper.

En pratique :

Agence Ganesa. Prix : 280 sl. Bons sacs de couchage. Demandez à avoir une couverture supplémentaire (inclus dans le prix). Ne prenez jamais un trek via votre hostel ou une agence qui ne fait que sous-traiter. Cela vous permettra de payer moins pour le même service voire mieux. Par exemple, il n’y avait qu’une couverture qu’ils avaient prise pour moi parce que j’étais venue me renseigner sur les conditions du trek. J’ai payé 280 sl quand d’autres ont payé 320sl (même agence au final et mêmes conditions). Négocier le trek ne change rien aux conditions et ne diminue pas le salaire des travailleurs mais la marge de l’agence. Et au contraire, en diminuant le prix payé à l’agence, vous pourrez vous permettre de verser de plus gros pourboires à votre guide et à l’arriero (muletier).

Nourriture très correcte (pas besoin de compléter par des snacks). Bonnes tentes (deux toits, The North Face). Ne prenez pas votre sac à dos mais mettez vos affaires dans un sac en toile (l’agence vous le fournira). Cela évitera que votre sac à dos ne s’abîme ou pire, sente la mule.

Categories: Voyage | Mots-clés : , , , , , | Laisser un commentaire

Huaraz et alentours: Pastoruri et la lagune Ahuac

Le glacier Pastoruri

Autant le dire tout de suite, le tour pour le glacier Pastoruri n’a pas été un de mes préférés. Près de 4 heures de route pour arriver au départ de la marche. Une petite trotte sans intérêt de 45 minutes et nous voilà devant le glacier. Oui, c’est beau mais autant de route pour cela, bof. Surtout que par la suite, j’aurai la possibilité d’en voir d’autres des glaciers.

Pastoruri

Le glacier est à 5000 mètres d’altitude et la plupart des visiteurs montent à cheval pour s’éviter la marche. Au retour, arrêt dans un restaurant touristique aux prix « touristes ». Bref, une excursion trop touristique à mon goût.

La laguna Ahuac

Alors que l’on a prévu pour le week-end de partir en trek, les jours qui précèdent on commence un peu à tourner en rond. Quoi de mieux alors pour se bouger que d’aller voir une lagune?

Laguna AhuacAprès un départ assez tardif, on démarre la randonnée qui nous mène à la lagune Ahuac. Ce n’est pas une randonnée très fréquentée et on comprendra vite pourquoi. Dès le départ, le chemin monte assez raidement. Et cela continue ainsi en fait jusqu’au sommet. 2H30 de (grosse) montée ! A la lagune, on rattrape un couple franco-péruvien qui nous explique qu’en effet, la plupart des touristes pas suffisamment acclimatés n’arrivent jamais en haut. Pourtant, le chemin est bien fait. Cette fois-ci, impossible de se perdre. Lorsqu’on aperçoit enfin l’affiche annonçant l’altitude (4560m), on est soulagés. On se prend une bonne pause au soleil et on entame la descente.

Lors du retour, on se rend compte qu’il y a moyen d’entamer cette marche plus bas que là où on l’a commencée. Heureuse d’avoir été déposée suffisamment haut par le collectivo.

De retour à Huaraz, on ira prendre une jarre de Surtidos dans une jugueria qu’ils connaissent et les deux soirs suivants, c’est avec eux qu’on passera notre soirée.

En pratique :

Pastoruri : Tour à 30 sl. Pris à l’hostel El Tambo, avec l’agence Mony Tours. Départ à 8h00. Repas dans un restaurant touristique assez cher donc si vous avez un petit budget, faites votre pique-nique. Entrée du parc Huascaran : 1 jour (10 sl) ou 21 jours (65 sl).

Laguna Ahuac : prendre le collectivo pour Wilcahuain (au croisement de la rue Simon Bolivar et 13 de diciembre) et demander à être déposé au départ du chemin pour la laguna Ahuac. Ensuite, « yapluka » monter.

Categories: Voyage | Mots-clés : , , , , , , | 2 commentaires

Huaraz et alentours: la laguna Wilcacocha et la laguna 69

Arrivée tôt le matin à Huaraz, j’attends que le soleil se lève pour me rendre à mon hostel, situé non loin du terminal Movil Tours. Je vois un voyageur ouvrir un routard Pérou-Bolivie et lui demande où il va. Il se rend justement au même hostel et on y va ensemble. Il est 6h00 quand on arrive et ce, sans réservation. On est cependant très bien accueillis : maté de coca et diverses explications sur la ville, les randonnées à faire, les marchés, les agences d’excursions, … On pose notre sac, déjeune et on rencontre, à ce moment-là, deux Allemandes qui partent faire la même rando que nous : la laguna Wilcacocha.

Laguna WilcacochaOn prend donc un combi qui part en face de notre hostel. Après une vingtaine de minutes, il nous dépose à un pont d’où l’on commence la grimpette. Un sentier coupe la route et nous permet d’admirer le paysage et les petits villages traversés où les paysans travaillent bien souvent sans la moindre aide mécanique ou animale.

P1040305Peu de temps après notre départ, une des deux allemandes décide de s’arrêter et de nous attendre ne supportant pas l’altitude. Après environ 1h30 de marche, on atteint la petite lagune. C’est joli mais le plus grand intérêt, la vue sur la cordillère blanche en face, ne se dévoile pas.

Laguna Chinancocha Le lendemain, lever à l’aube. Le mini-bus vient nous chercher à l’hostel pour 3 heures de route. Si on fait tout ce trajet, c’est pour aller admirer la laguna 69. Mais pour avoir cette chance, il faut le mériter. Non seulement, on se lève tôt mais ensuite, nous attend une marche de 3 heures. Sur la route, on admire d’abord une très belle lagune d’un bleu incroyable, la laguna Chinancocha .

P1040351On adopte un bon rythme vu ce qui nous attend. On atteint d’abord une première petite lagune. On marche ensuite dans une grande plaine herbeuse où paissent pleins de bovinés. Enfin, vient la montée finale. 20 minutes de pente bien raide. Presqu’arrivée en haut, j’ai le cœur qui accélère, du mal à retrouver ma respiration. Je ne suis pas encore acclimatée et le rythme que j’ai pris est trop rapide. Tout devient blanc. Je me couche alors sur le sentier et j’attends que cela passe. Je finis les derniers mètres à petits pas. Là-haut, il fait froid. On a prévu de manger ensemble notre pique-nique au bord de la lagune mais nos doigts gelés nous incitent à redescendre. La descente est facile et vers 16h30, on reprend le bus.

Laguna 69

L’unique photo que j’ai prise de la laguna 69. Je n’étais pas dans un état normal.

En pratique :

Laguna Wilcacocha : prendre un combi devant le stade de foot (avenue Confraternidad international oeste). Prix : 1 sl. Passer le petit pont et suivre le chemin qui croise la route. A la lagune, il y a un panneau comme quoi c’est payant mais il n’y avait personne et nulle part où payer.

Laguna 69 : prendre un tour avec une agence, surtout si vous êtes en basse saison. Sinon, vous risquez de ne pas pouvoir revenir, faute de transport. Prix : 30 sl (agence Mony Tours, pris directement après de mon hostel, El Tambo). Marche de 3h pour monter, moins pour descendre. Prendre son pique-nique et éventuellement son petit-déjeuner avec. Départ : 6h am. Prix de l’entrée au parc Huascaran : 10 sl/journée ; 65 sl/21 jours (obligatoire si vous faites par la suite le trek de Santa Cruz).

Categories: Voyage | Mots-clés : , , , | 2 commentaires

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :