Budget

Pérou-la récap après 5 mois

Comme je l’avais fait pour l’Equateur, un petit récapitulatif-résumé de mes 5 mois au Pérou. En bref, le Pérou c’est assez semblable à l’Equateur niveau culture.

Budget

Les bus sont plus chers, les hébergements nettement moins (prix moyens d’un backpacker 15-20sl en dortoir). Menus (souper-plat-refresco) entre 4-8 sl. Il y a pratiquement partout des prix étudiants. Les parcs nationaux sont souvent payant (et pas qu’un peu).

Nouveauté par rapport à l’Equateur, les collectivos. Ces mini-bus permettent de faire de courtes distances à des prix très bas.

Grosse différence entre le Nord du pays, assez peu touristique et le Sud, tout le contraire. Différence en terme de fréquentation, d’infrastructures touristiques (quoi le Nord est très bien pourvu d’IPeru, l’office du tourisme) et de prix (le Nord est meilleur marché).

En général, j’ai rencontré des gens très sympas, un article suivra.

Niveau nourriture, j’y ai bien mieux mangé qu’en Equateur mais ce n’était pas l’extase non plus. Certes, le lomo saltado, mon plat préféré est très bon mais il n’y a pas 150 plats différents et on mange encore et toujours beaucoup de riz et de poulet (je tue toute ma famille si à mon retour ils m’en font).

Hostels préférés

  1. Hostel La Estrellita (Cusco). 15 sl/dortoir. Petit-déjeuner inclus. Très bonne ambiance et très propre. Espaces communs assez géniaux (dont la cour ensoleillée).
  2. Hostel Chachapoyas Backpackers (Chachapoyas). 18Sl/dortoir. Bonne ambiance. Cuisine. Super propriétaire.
  3. Hostel El Tambo (Huaraz). 10Sl/dortoir. Hostel très simple mais très bonne ambiance. Eau bien chaude et avec pression. Petits dortoirs (3-5 lits) et cuisine.

Activités préférées

  1. Couchsurfing à Ayacucho. Ce n’est pas une activité en soi mais c’est un des meilleurs moments que j’ai passé au Pérou.
  2. Trek Akilpo/Ishinka : même si on en a chié, qu’est-ce qu’on s’est amusés.
  3. Petite rando à Llachon avec ma maman. Tranquille, joli, paysage époustouflant.
  4. Musées autour de Chiclayo. Très, très bons musées. Petits prix et prix étudiants. Trésors incroyables bien mis en valeur.
  5. Musée Larco et le musée de la Nation à Lima. Le premier est très bien fait et permet d’avoir un aperçu des différentes civilisations tant préincas qu’incas. Le second présente une exposition sur les années de terrorisme au Pérou. Instructif.

Sécurité

Le Pérou, comme la plupart des pays Sud-Américains, n’a pas très bonne réputation chez nous en matière de sécurité. Pour y avoir passé 5 mois, je dirais que franchement, détendez-vous. Oui, les vols sont certainement plus fréquents que chez nous. Mais je n’ai jamais été ni la victime, ni le témoin d’un vol. Je n’ai également jamais entendu un témoin direct d’une telle agression. Lima, comme toute grande ville, est à appréhender avec intelligence et précaution.  Si vous n’arrivez pas à appeler un taxi, demandez à votre hôtel, un policier ou agent de sécurité de le faire pour vous. Dans l’ensemble, faites juste preuve de bon sens.

Et alors, tu as préféré le Pérou ou l’Equateur?

Question piège que l’on n’arrête pas de me poser. En fait, j’ai bien du mal à y répondre parce que je n’ai pas vraiment l’impression d’avoir visité deux pays mais bien divers lieux, rencontré diverses personnes et tenté diverses activités. Difficile de parler de l’Equateur ou du Pérou comme un tout, encore plus de les comparer. Alors, non, désolé, vous n’aurez pas réponse à cette question mais vous trouverez pleins de chouettes choses à faire dans mes différents articles.

Advertisements
Categories: Budget, Voyage | Mots-clés : , , | Un commentaire

Mon budget pour un an en Amérique Latine

comptesQuand on demande à un voyageur combien de temps il compte voyager, beaucoup répondent: jusqu’à ce que je n’ai plus d’argent. Et il est vrai que voyager demande un minimum de ressources. Il est loin d’être inutile de se poser et de réfléchir au budget que l’on souhaite allouer à son voyage en compte l’avant (les préparatifs), le pendant (la majeure partie du budget) et éventuellement prévoir une certaine somme pour le retour. Avant de partir en Thaïlande, on n’avait pas budgetté notre voyage en se disant simplement qu’on voyagerait « pas cher ». A un moment, on a quand même dû se mettre d’accord sur un montant total approximatif pour s’adapter en fonction de ce qu’on dépensait réellement.

Avant le départ

Un poste non négligeable est l’ensemble des dépenses que l’on fera avant même d’avoir mis le pied à l’aéroport. Cependant, par rapport à certains montants que j’ai lu sur des blogs de voyage, je m’en sors bien, voire même très bien !

Au total, j’ai dépensé avant de partir 1338€. Une somme que j’étais loin d’imaginer avant de faire mes comptes. La majeure partie de cette somme est constituée du billet d’avion (653,56€) et de l’assurance voyage (297€). Les 380€ restants sont constitués de matériel (vêtements dont une veste imperméable à 79€), de médicaments (très peu) et du passeport (89€ mais est valable 10 ans).

Pendant le voyage

Sur place, j’ai 6 000€ pour un an. Cela me permet d’avoir 20€/jour tout compris, ce qui est assez juste. Cependant, quand on voyage lentement, on ne fait pas des activités chères tous les jours. On peut aussi se permettre de prendre des transports plus lents et moins chers (ne pas prendre l’avion). Avec les échanges de service comme helpx, je vais aussi économiser pas mal, ce qui me permettra de faire plus de dépenses éventuellement à d’autres moments.

Les randonnées et treks quand on les fait sans agence, cela ne coûte vraiment pas cher. Par exemple, si vous faites la boucle du Quilotoa, vous paierez chaque jour votre hébergement et un peu de bouffe à côté et c’est tout.

Il faut savoir aussi que les pays où je compte passer le plus de temps (Equateur, Pérou, Bolivie) sont trois pays très bons marchés, notamment au niveau des transports et hébergements. Pour le Chili et l’Argentine, déjà, je ne compte pas y passer très longtemps mais aussi ce sera l’occasion de faire un peu de couchsurfing.

Pour tenir ce budget et savoir où j’en suis, je fais mes comptes et note toutes mes dépenses dans un petit carnet. Je fais cela très régulièrement pour que cela ne me prenne pas plus de quelques secondes et cela me permet de visualiser les différents postes. Par exemple, j’ai fait la descente en mountainbike du Cotopaxi pour 50$ mais en moyenne, sur ma semaine, je n’ai pas dépassé mon budget de 20€/jour parce que toutes mes activités ne coûtaient pas aussi cher.

On verra dans un an si j’ai pu tenir ce budget!

Categories: Budget, Préparatifs | Mots-clés : , , , , , , | 2 commentaires

Quelle banque quand on voyage loin et longtemps?

Qui dit voyage au long terme dit également budget et moyens de paiements. Et malheureusement, dès que l’on sort d’Europe, la plupart des banques appliquent des frais prohibitifs. En Thaïlande, on avait pratiquement 10€ de frais par retraits (5€ de notre banque + 180 baht pour les retraits étrangers).

Sur internet, il y a pas mal de comparatifs mais généralement fait par des Français, ce qui ne conviendra pas toujours aux Belges. Par exemple, pour ouvrir un compte Boursorama ou Monabanq souvent cités dans ces comparatifs, il faut résider en France. Pour le compte Jazz International de la Société Générale, vous pouvez résider en Belgique, mais vous devrez vous rendre en France dans une agence. De plus, leurs conditions viennent de changer et je ne pense pas que ce compte soit réellement intéressant.

Si vous habitez en Belgique, vous n’avez pas mille possibilités mais heureusement, il existe une (!) offre intéressante. Afin de trouver la banque qui me permettrait de faire des économies sur les frais bancaires, j’ai fait le tour de la plupart des banques présentes en Belgique. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les voyageurs ne les intéressent pas. Chez Crelan, KBC et Deutsche Bank, j’ai reçu un mauvais accueil. On m’a regardé de haut quand je leur ai dit que je n’avais pas de salaire à domicilier et de toute façon leurs frais sont élevés sur les retraits hors Europe.

Chez Belfius, ma banque, si l’accueil a été très bon, le résultat a été identique quant aux frais. Idem chez Fortis. Cependant, BNP Paribas Fortis fait partie de la Global Alliance. Tous les retraits effectués dans des banques partenaires (Scotiabank au Pérou et au Chili) sont gratuits. Pas mal mais il y a mieux !

J’ai enfin trouvé ce que je cherchais chez Argenta même s’il m’a fallu un peu ruser. En effet, comme les autres banques, mon profil ne les intéresse pas beaucoup (pas encore de salaire, nombreux retraits à l’étranger en prévision). La première fois que je suis venue me renseigner, j’ai mentionné mon voyage et même si j’ai eu toutes les informations nécessaires, le conseiller m’a ensuite dit que sans salaire, je ne pourrais probablement pas ouvrir de compte chez eux. Je suis donc revenue plus tard à la charge dans une autre succursale et j’ai ouvert mon compte sans mentionner directement mon voyage.

Pourquoi Argenta ? Parce que chez eux, tout est gratuit. Ou presque. Hors Europe, les retraits d’argents avec la carte de débit Maestro sont 100% gratuits à moins que l’ATM en question ne prenne une commission, ce qui est toujours mentionné. J’ai déjà effectué plusieurs retraits ici en Equateur et je n’ai eu aucun souci et aucune commission. Le taux de change appliqué est à quelques cents près le même que celui que l’on trouve en ligne. Bref, j’ai zéro frais !

Pourquoi c’est si important ? Un conseil souvent donné aux voyageurs est de ne pas voyager avec beaucoup d’argent liquide sur eux. En même temps, avec les frais habituels (5€ par retraits), on a plutôt tendance à retirer de grosses sommes afin d’alléger la facture. Ici, je peux retirer de petites sommes régulièrement sans que cela ne change rien.

De plus, j’ai pu débloquer la fonction Maestro hors Europe pour une durée illimitée. J’ai également l’adresse email de ma succursale en cas de problème.

Chez Argenta, la carte de crédit Mastercard est également avantageuse, environ 50% moins de frais qu’avec les autres banques. Malheureusement pour moi, suite à une série d’évènements, je l’ai reçue trop tard (après mon départ). Ce qui n’est pas très grave vu que j’ai également une carte Visa, gratuite lorsque l’on a un compte jeune chez Belfius (mais les frais sont eux élevés). Cette carte est pour moi une carte de secours au cas où je n’arriverais plus à retirer de l’argent avec ma carte Maestro.

Dernier détail : ici en Equateur, aucun ATM ne mentionne la fonction Maestro. La première fois que j’ai voulu retirer de l’argent, j’en ai fait plusieurs cherchant le logo et désespérant un peu. Mais en fait, ma carte fonctionne dans tous les distributeurs alors même qu’il n’y a pas le logo (et mon code pin est demandé). Je ne fais aucun paiement par carte, je paie tout en cash. Il me semble que la majorité des arnaques ont lieu lors de paiements par carte dans des restaurants ou magasins. Il y a pas mal de distributeurs en Equateur et même si parfois ils peuvent être vide, ce n’est pas difficile d’en trouver un autre qui aura des billets (pour l’instant, jamais eu le souci). Edit: Maestro fait partie du groupe Cirrus, c’est donc ce logo que vous devez chercher sur les distributeurs.

Voilà, alors si vous êtes Belge et prévoyez de voyager (ou même de rester en Belgique), Argenta est, je pense, la solution la moins chère.

Attention, en Equateur et dans pas mal de pays du Sud (Thaïlande et surtout Cambodge), il est difficile d’obtenir du change sur de gros billets. En Equateur, les billets jusque 20$ sont acceptés. Les billets de 50 et 100$ sont souvent refusés. Si vous décidez de changer de l’argent dans votre pays, demandez de n’avoir que de petites coupures. Si vous retirez de l’argent d’un ATM, faites-le pendant la journée, à un distributeur attaché à une banque où vous pourrez éventuellement échanger vos billets de 50 et 100$. De plus, si votre carte est avalée, vous pourrez tenter de la récupérer.

Categories: Administratif, Budget, Préparatifs | Mots-clés : , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Réserver son billet d’avion

Crise de nerfsSi vous avez déjà tenté de réserver votre billet d’avion, vous comprendrez mon illustration. Franchement, j’ai cru que j’allais perdre la tête à force de jongler entre de nombreux sites sans jamais trouver LE billet.

Tout d’abord, il faut savoir ce que l’on cherche. La destination, j’espère que pour ça, vous n’avez pas besoin de conseils ! Dans mon cas, je souhaite faire un tour d’Amérique du Sud. J’ai donc fixé les pays que je souhaite traverser. Ensuite, j’ai regarder quelle ville départ et d’arrivée étaient les plus intéressantes financièrement.

Ensuite, vous devez connaître vos dates de départ et de retour. Pour les choisir, il faut prendre en compte vos envies mais pas seulement. Voyager pendant la basse saison revient moins cher (donc éviter les vacances scolaires). Ensuite, vous devez tenir compte des conditions d’accès de votre pays de destination. Avec quel visa allez-vous voyager? Quelle est la durée de ce visa? Par exemple, le visa thaïlandais est de 30 jours, faites attention de ne pas rester 31 jours et si cela devait être le cas, renseignez-vous pour les modalités éventuelles pour prolonger votre visa (attention: tous les pays n’autorisent pas la prolongation).

Respecter les règles d’immigration n’est pas seulement utile pour éviter de devoir payer une amende à votre sortie ou, pire, vous voir emprisonner. En effet, une législation internationale prévoit que les compagnies aériennes doivent vérifier que le passager respecte les règles d’immigration en vigueur dans le pays. Si ce n’est pas le cas, le voyageur sera renvoyé dans son pays aux frais de la compagnie. Comme vous avez déjà payé votre billet et que les compagnies ont le droit de refuser votre embarquement pour cette raison, elles ont tout intérêt à vous refuser et, d’après plusieurs témoignages lus sur internet, elles ne se privent pas.

Lors de mon vol avec Iberia au départ de Bruxelles, l’hôtesse a vérifié la durée de validité de mon passeport, les conditions d’entrée en Equateur pour les ressortissants français, si j’avais bien un billet retour, …

Prévoyez donc d’acheter un billet aller-retour. A défaut, vous pouvez prendre un aller simple et trouver un billet de sortie du pays dans le délai prévu. Ce billet peut-être un billet d’avion, de bus, de train, … N’oubliez pas que la date de votre retour prévue ne doit pas dépasser le séjour maximum! (3 mois dans la plupart des pays d’Amérique Latine).

Si par la suite vous voyagez par voie terrestre, vous ne devrez pas présenter à ces frontières de billet de sortie.

Votre problème, c’est que vous ne voulez pas repartir après trois mois mais continuer votre voyage? Prenez alors un billet dont la date est modifiable. Au moment où vous achetez votre billet, vous choisissez une date endéans la durée de séjour maximale. Une fois sur place, vous pourrez modifier votre date de retour.

Il existe plusieurs sortes de billets d’avions. Tous les billets que vous verrez dans les publicités ou sur les comparateurs de vols sont pour la plupart ceux aux prix les plus bas et sont non modifiables. Vous devrez donc généralement choisir un billet d’une gamme supérieure. Il y a des billets modifiables sans coût (généralement assez chers) et des billets modifiables moyennant une pénalité s’élevant généralement à 120€ (plus chers que les billets low cost, mais abordables).

Comment trouver le bon billet? La plupart des blogs conseillent les comparateurs de billets d’avion. Si vous avez besoin d’un billet modifiable, ils ne vous seront pratiquement d’aucune utilité. Même sans cela, je trouve la plupart du temps des billets d’avion moins cher en allant directement sur les sites de différentes compagnies aériennes.

Le seul qui trouvevolution billet avione grâce à mes yeux est http://www.evolution-billet-avion.com/ (devenu entretemps algofly).  Vous pouvez l’utiliser comme un simple comparateur de billet d’avion. Là, il fait le même boulot que les autres. Ce qui utile, c’est qu’il y a deux outils supplémentaires:

  1. Quel est le bon prix? Comme son nom l’indique, cet outil permet de savoir qu’est-ce qu’est pour cette destination un prix exceptionnel, un bon prix et un prix moyen. Si vous trouvez un billet d’avion qui correspond au prix exceptionnel, n’hésitez plus, foncez l’acheter.
  2. L’évolution du prix du billet dans le temps. Vous pouvez fixer une alerte sur un voyage et à chaque fois que vous revenez sur cette alerte, vous voyez l’évolution du prix des billets les moins chers depuis votre première recherche. Ce qui est un peu dommage, c’est qu’il ne vous dit rien du futur (mais je me méfierai d’un tel outil ^^). Cela vous permet de vous rendre compte si les prix sont dans une période ascendante, stable ou descendante. (par exemple, Paris-Lima était à environ 900€ en décembre et 700€ en janvier pour le mois de septembre. Le prendre en décembre aurait donc été trop tôt).

L’illustration est mon graphique pour Bruxelles-Bangkok pour un départ fin juin et un retour fin juillet.

Alors comment faire?

  1. Prenez-vous y tôt. Un aller-retour Bruxelles-Quito et Buenos Aires-Bruxelles m’a coûté 653€ 7 mois avant mon départ, un très bon prix.
  2. Faites une recherche sur un comparateur. Notez les compagnies aériennes qui effectuent la liaison qui vous intéresse. Notez également lesquelles sont les moins chères.
  3. Aller directement sur les sites de ces compagnies aériennes. Faites plusieurs recherches (oui, c’est chiant, c’est même TRES chiant). Variez les villes de départ (par exemple, testez Paris ou Bruxelles) et les villes d’arrivée (Lima ou Quito). Variez également les dates. Plus vous serez flexibles, plus vous aurez de chance de trouver LE billet.
  4. Une fois le billet adéquat trouvé, faites quelques vérifications. Vérifiez qu’il est modifiable si nécessaire. Vérifiez également la durée de validité du billet. Vous souhaitez repartir un an plus tard? Votre billet doit être valable 12 mois. Ces informations sont généralement assez compliquées à trouver sur les sites internets. Une fois, le bon billet trouvé, appelez la compagnie pour vérifier ces informations et ne pas vous retrouver avec un billet inutilisable. N’oubliez pas que la date retour doit respecter la durée maximale de séjour.
  5. Pour éviter les frais au moment du paiement, payer avec la carte « gratuite ». Selon les sites, ce sera gratuit avec une carte de crédit ou une carte de débit. Aussi, faites votre réservation par internet. Souvent, il y a des frais supplémentaires si vous la faites par téléphone. Lisez bien toutes les conditions et ne cochez pas de case inutile (évitez de prendre une assurance que vous auriez déjà, choisir son siège ne sert pas à grand chose et les bagages lourds gâchent le voyage).
  6. Si vous avez une carte de crédit, peut-être avez-vous une assurance liée à celle-ci. Parfois, il est nécessaire de payer avec cette carte pour en bénéficier!
  7. Mon dernier conseil, peut-être le plus important: supprimer régulièrement vos cookies. Ces sont des traces de votre passage que les compagnies aériennes conservent. Lors de votre prochaine visite, les prix auront comme par hasard augmenté. Vous vous empresserez donc de prendre votre billet « parce qu’en ce moment les prix augmentent ». De plus, j’ai remarqué que sur le site d’Iberia et de KLM, je n’ai pas les mêmes pages ni les mêmes billets proposés s’ils ont retenu des cookies.

Et les agences de voyage? Si vous avez les moyens et que vous n’arrivez pas à trouver le billet idéal, la solution peut être de passer par une agence. Sachez cependant que vous paierez ce service. J’avais été demander à une agence à Bruxelles quel prix ils pouvaient me proposer. Le billet le moins cher coût 1100€ et je devais prendre 3 nuits d’hôtels via l’agence pour en bénéficier. Cela, sans compter les frais de dossier. Alors que seule, j’ai trouvé un billet à 653€! De plus, en passant par une agence, vous ajoutez un intermédiaire. C’est positif parce qu’en cas de problème, vous avez une personne physique à qui réclamer votre dû (toujours plus facile d’obtenir réparation quand on peut aller se plaindre sur place). Cependant, vous rajoutez un maillon à la chaîne et augmentez donc le risque qu’une erreur se produise dans votre réservation.

Une fois cette épine de votre pied ôtée, vous pourrez vous pencher sur vos moyens de paiement et les assurances voyages: d’autres crises de nerf en perspective.

Categories: Budget, Préparatifs | Mots-clés : , , , , , , | Laisser un commentaire

Create a free website or blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: