Belgique

Keramis et le parc de Mariemont

P1070696

Le premier dimanche de novembre alors que l’été avait décidé de faire son retour, nous sommes parties en direction de La Louvière pour deux visites intéressantes et très complémentaires.

P1070644Nous avons commencé par le musée Kéramis, musée de la céramique. Ce musée très récent (2015) a été créé suite à la faillite de la faïencerie Boch. Vous pourrez en apprendre plus sur le travail qui s’effectuait là jusqu’il y a peu et qui était reconnu internationalement. Dès la première salle, on ne peut être qu’impressionné par les grands fours-bouteilles. Ces monstres en briques servaient à cuire les différentes pièces de céramiques. Ils sont très bien conservés et majestueux.

P1070648Une autre salle renferme différentes pièces de céramiques ainsi que l’explication des différents processus de fabrication. Plusieurs vidéos viennent illustrer les textes d’explication et quelques objets et outils les matérialiser. Sur ce point, j’aurais aimé qu’il y ait plus d’objets « réels » en plus des vidéos.

P1070666La dernière salle d’exposition permanente montre différentes pièces de faïencerie illustrant différents styles et leur évolution. A l’étage, on retrouve l’évolution des faïences produites par Boch. Une dernière salle présente de l’art contemporain en céramique (du pur et dur, cette fois-ci). Dommage que cet espace n’ait pas été dédié à plus d’outils et machines anciennes ayant servi par le passé. Pas un mot non plus sur l’arrêt et la faillite de Boch. Pourquoi un tel silence ?

P1070713Après cette visite culturelle, nous sommes parties en direction du Parc de Mariemont. On avait bien choisi notre jour puisqu’il faisait près d’une vingtaine de degrés et les arbres avec leurs couleurs d’automne brillaient au soleil. L’occasion de jouer à l’apprenti photographe.

P1070706Après une pause piquenique dans le parc, nous nous y sommes baladées. On peut y voir les ruines d’un château (celui de Charles de Lorraine me dit internet), de très nombreux arbres, un étang, un bouddha géant et une magnifique orangerie (dommage qu’elle serve d’entrepôt).P1070718Après avoir déambulé à travers les différentes espèces d’arbres, nous avons bu un verre en terrasse. Incroyable mais vrai, on a fini par avoir trop chaud.

P1070690On a terminé cette journée par la visite de l’exposition Levez l’Encre ! au musée royal de Mariemont situé dans le parc. Une exposition sur le thème du voyage et plus particulièrement de la navigation. Cartes anciennes, mappemonde, affiches vantant les mérites de paquebots (du Titanic aussi), anciens livres illustrés, lettres manuscrites de grands navigateurs, … Une plongée dans un univers fascinant principalement à travers des livres qui s’y rapportent.

P1070708

En pratique

Keramis (Centre de la céramique) : 1 Place des Fours Bouteilles, La Louvière. Me-Di : 10-18h. Etudiant/adulte : 3/5€. Gratuit le premier dimanche du mois.

Parc de Mariemont. 9-18h d’avril à septembre (19 h les dimanches et jours fériés de mai à août), 17 h en février, mars et octobre, 16 h de novembre à janvier. Entrée gratuite.

Musée royal de Mariemont (situé dans le parc): Ma-Di : même horaire que le parc. Gratuit sauf les expos temporaires (gratuites le premier dimanche du mois).

Expo Levez l’encre ! jusqu’au 10 janvier 2016.P1070740

Categories: Belgique | Mots-clés : , | Laisser un commentaire

Expo 2050, une brève histoire de l’avenir

s1.qwant.comUn dimanche, ma mère et moi nous sommes rendues à l’expo « 2050, une brève histoire de l’avenir ». Si ce titre me semblait prometteur, le contenu de l’exposition, de l’art contemporain, me faisait craindre le pire. Dans quoi est-ce que je m’engageais ? L’art et moi, ce n’est déjà pas la grande histoire d’amour. Alors, l’art contemporain, je ne vous en parle même parle. Mais bon, le thème me parlait bien et parfois, il faut oser se lancer dans l’aventure.

Dès notre arrivée, j’hallucine sur le prix du musée. C’est que la culture chez nous, c’est réservé à ceux qui en ont les moyens. Heureusement pour moi, c’est ma maman qui me l’offre.

Et bien, et bien, sachez que j’y suis restée plus de 2 heures. 2 heures dans un musée d’art contemporain !! Incroyable mais vrai.

Andreas Gursky, 99 cent

L’expo se base sur un livre de Jacques Attali « Une brève histoire de l’avenir » qui considère que nous connaîtrons à l’avenir cinq vagues :

  1. Le déclin de l’Empire américain.
  2. L’éclatement polycentrique du monde.
  3. L’hyperempire où le capitalisme est poussé à son paroxysme.
  4. L’hyperconflit
  5. Et enfin, l’hyper démocratie qui nous sauvera tous, ou pas.

Je n’ai pas tout aimé, je n’ai pas non plus tout compris. Mais dans l’ensemble, c’était assez « accessible » comme art. Les vidéos se rapprochaient plus de mini-documentaires et le thème du futur qui questionne notre société de consommation ne pouvait que me plaire. De plus, les concepteurs de l’exposition avaient prévu un système d’explication assez original. On devait en effet collecter des feuilles et se créer son petit carnet d’exposition. Rien de très nouveau me direz-vous. Ce qui était plus spécial, c’était que les numéros ne se suivaient pas dans un ordre logique et qu’il fallait rester attentif et sauter d’une feuille à l’autre pour lire la légende des différentes œuvres. Si par moment, cela a eu le don de m’irriter, je me suis rendue compte à la fin de l’exposition que j’étais toujours aussi alerte. Je vous rappelle que c’était de l’art CONTEMPORAIN.

Alors si vous aimez l’art contemporain ou si vous êtes prêtes à lui laisser son énième chance, cette expo devrait vous plaire.

Où ? Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, 3 Rue de la Régence. Près de la station de métro Parc.

Quand ? Ma – Ve : 10:00 à 17:00. Week-end : 11:00 à 18:00. Vous remarquerez l’étendu d’ouverture de nos musées. Expo jusqu’au 24 janvier 2016.

Combien ? 14,5€. 8€ pour les jeunes (6-25 ans). Un prix très élevé pour un musée.

Categories: Belgique | Mots-clés : , , | Laisser un commentaire

Expo 14-18 au Cinquantenaire

s2.qwant.comCe mardi, je me suis rendue en compagnie de ma mère voir l’expo 14-18 sur la première guerre mondiale. Cette expo, très, très bien faite met notamment le focus sur la Belgique, son rôle et la vie dans le pays sous l’occupation. Comme le montre l’image, elle était supposée ne rester en place que deux mois et est finalement prolongée jusqu’au 15 novembre (courez-y si ce n’est pas déjà fait, il vous reste 9 jours).

Une expo très bien faite donc. Des textes très clairs, bien écrits, pas trop longs. De très nombreux objets illustrant les propos. Des vidéos, bien sûr. Des scènes recrées (magasins américains, cafés, tranchées, …). Une expo presque parfaite à tous les points de vue. Et c’est ce qui me fait encore plus râler.

Presque? Presque oui. Parce qu’en Belgique, on a beau avoir de beaux musées très bien faits, on n’aime pas les musées. Mais alors pas du tout. « On », ce sont les politiciens qui manifestement n’allouent pas suffisamment de budgets pour des heures d’ouverture étendues et des prix décents. Un musée qui ferme à 18h les jours fériés, je trouve cela court, très court. Mais non seulement, le musée ferme théoriquement ses portes à 18h mais en réalité, il ferme ses portes à 17h45. On est finalement sorties à 17h50 escortées par deux gardes de sécurité (l’un répondait dans son talkie-walkie à un collègue que « non, il n’allait pas avoir besoin d’aide pour les sortir »). On a réussi en traînant les pieds à lire encore quelques panneaux malgré la pression et puis, ce ne fût vraiment plus possible. Pourtant, ces dix minutes, c’est ce qu’il nous aurait fallu pour profiter des dernières salles.

On avait qu’à venir plus tôt alors? Sauf que le site internet mentionne une durée de visite de 1h30 à 2h00. On a mis 2h30 et si on avait pris notre temps, on aurait allègrement dépassé les 3h. Pourtant, je ne suis vraiment pas une adepte de la lecture de chaque encart d’objets. J’ai zappé tous les uniformes. Et les dernières vidéos, vu le temps qui passait, je les ai aussi toutes passées.

Le prix d’une telle expo? 12€ pour les adultes (!) et 8€ pour les étudiants. Faut vraiment être motivé pour pouvoir se cultiver en Belgique. Surtout quand le musée n’est ouvert que 7h par jour et qu’on ne peut pas en profiter à son aise.

En bref, oui l’expo vaut définitivement le coup mais venez le matin pour pouvoir prendre tranquillement votre temps. Toutes les infos pratiques se trouvent sur ce site.

PS: Je n’en veux pas aux gardiens du musée qui nous ont mis dehors, je suppose qu’ils sont payés jusque 18h et qu’ils doivent faire le tour du musée une fois vidé.

Categories: Belgique | Mots-clés : , , | Laisser un commentaire

Namur et les Wallos

P1080160Partie voyager un an en Amérique Latine, je me suis souvent retrouvée face à des étrangers qui connaissaient bien mieux la Belgique que moi. Un peu gênée, je devais souvent leur avouer que non, cette ville-là je ne l’avais pas visitée et celle-là non plus, etc. Maintenant que je suis de retour au pays, j’ai décidé d’explorer un peu plus mon pays mais aussi Bruxelles, ma ville. Première étape: Namur.

P1080169Ma sœur, jeune médecin, réalisait sa première année d’assistanat à Namur. Alors qu’elle allait bientôt devoir déménager à Mons, on s’est prévu un petit week-end ensemble. L’idée était de visiter la ville. Chance ou malchance, on a par hasard choisi le week-end des « Fêtes de Wallonie » ou les Wallos pour les intimes. C’est en même temps, théoriquement, les Fêtes du Patrimoine ce week-end là.

Bécassine était parmi nous

Bécassine était parmi nous

Après avoir récupéré le programme à l’office du tourisme, on déambule dans les rues à la recherche de nourriture typique. On trouve surtout beaucoup de stand vendant de l’alcool et des gens habillés bizarrement. P1080129

Beaucoup de gens habillés bizarrement.

P1080144On trouve quand même un stand qui vend une tartiflette au bruzzi. C’est ni mauvais ni excellent.P1080132

En rue, on goûte aussi à l’avisance. Derrière ce nom qui semble assez exotique se cache en fait une saucisse enroulée dans de la pâte feuilletée. L’avisance est servie avec de la moutarde bister.

P1080156On goûte bien sûr au fameux Peket. Chaque fois que j’entendais parler de cette fête, les Namurois et autres Wallons n’avaient toujours qu’un mot en bouche : le péket. C’est un alcool, le genièvre, qui se boit aromatisé à toutes sortes de goût. Avis unanimes pour nous deux, ceux aux fruits sont les meilleurs (pommes, fruit de la passion, citron, …), ceux plus gourmands (caramel, spéculoos, …) sont un peu écœurants et les goûts chewing-gum et cuberdons sont carrément à éviter. Cela se boit comme du sirop, sauf que n’oubliez pas que c’est de l’alcool.

P1080176Bon, à part boire, qu’a-t-on fait ? Ben, pas grand chose. Parce que même si le site officiel mentionnait une volonté de ne pas réduire les Wallos à l’alcool, on a eu beau chercher, on a pas vu grand chose d’autre.

P1080153On a certes assisté à un peu de folklore. Un combat d’Echassiers qui était vraiment sympa et impressionnant. Deux équipes montées sur des échasses s’affrontent jusqu’à ce que l’entièreté de l’équipe adverse soit au sol. Des Gilles de Namur (moi qui croyais que c’était des Gilles de Binche).

P1080148On a aussi croisé des Géants accompagnés de leur cour. Et pour le surplus, on est restées sur notre faim.

J'aime beaucoup le monsieur à droite déguisé en cavalier

J’aime beaucoup le monsieur à droite déguisé en cavalier

Le soir, feu d’artifice et au dodo. Les rues ressemblent de plus en plus aux 24h Vélo de Louvain-La-Neuve, autre grosse beuverie Belge.

P1080163La Citadelle, édifice le plus impressionnant de Namur, est fermée. Un peu con pour les fêtes du Patrimoine. La visite guidée de la vieille ville du lundi est aussi annulée pour l’occasion.

Le dimanche, on déambule encore un peu pour voir ce qu’il pourrait se passer en rue. Il n’y a tout simplement rien, tout le monde dort. La Citadelle est toujours fermée. Pour notre dernier repas, on tente une nouvelle fois de goûter à la nourriture typique de Namur et on commande une dispouille à l’Itca, une école de cuisine. Une fois assise, alors qu’on attend nos plats, on sent une mauvaise odeur. On regarde sous nos chaussures pour voir si on n’aurait pas marché dans une merde. Mais non. On se rend compte que cette odeur accompagne la serveuse et on en déduit que sa dernière douche doit remonter à bien longtemps. Jusqu’à ce que nos plats soient servis. L’odeur vient en fait du plat que l’on a commandé. Heureusement, on a aussi pris une potée que l’on partage. Ma sœur réussit à manger un bon quart de la dispouille. Je ne peux manger plus d’une bouchée tant l’odeur est forte. De retour à l’appartement, on apprend via l’ami google que la dispouille est faite avec des abats et que son nom dérive du mot dépouille. Bon appétit !

Un peu décevant, donc, ces Wallos. Le péket, c’est bon, certes mais pas grand chose à faire et voir à côté.

Elle a pas l'air commode, hein!

Elle a pas l’air commode, hein!

Categories: Belgique | Mots-clés : , , | Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress.com.

%d bloggers like this: