San Ignacio

Après Cordoba, direction les chutes d’Iguazu. Mais tant qu’à faire autant de route (21h depuis Cordoba), je me suis dit que je pourrais bien visiter quelques lieux en chemin. Dans la province de Corrientes, il y a justement les Esteros del Ibera, une réserve naturelle apparemment de toute beauté. J’ai donc pris un premier bus pour Curuzu Cuatia, suivi d’un second pour Mercedes. Là, j’ai dû me rendre à l’évidence : 1. Cela faisait 24h qu’il pleuvait fortement et la route de terre est vivement déconseillée en cas de pluie. 2. C’était beaucoup plus cher que ce que je ne pensais. Après bien des hésitations, je me suis résolue à ne pas m’y rendre.

Autre bus direction Corrientes et enfin, San Ignacio. Alors sans ces hésitations, j’y serais arrivée le matin, c’est à 22h que je débarque. Pas à San Ignacio puisque l’accompagnateur du bus à qui j’avais signalé trois fois descendre à San Ignacio m’a appris peu après ce village qu’on venait de le passer. Ils me débarquent donc dans le noir sur le bord de la route et j’arrête le bus suivant venant en direction contraire. Arrivée là, je n’ai aucune idée d’où se trouvent les hostels. Je n’avais pas vraiment prévu cette arrivée tardive. Je demande aux policiers où je peux loger, ils m’informent (à tort) qu’il n’y a que des hôtels à San Ignacio et qu’il est dangereux de marcher la nuit. Sympa les flics. J’ai mon parapluie en main bien qu’il ne pleuve plus et le serre très fort. J’arrive à l’hôtel que le policier m’a indiqué mais les prix sont prohibitifs. Heureusement la réceptionniste m’indique un hostel. Je suis bien contente d’y poser mes affaires.

P1070757Le lendemain, je vais visiter les ruines de la mission jésuite. C’est L’attraction de San Ignacio. Tellement que si l’on veut voir le show et lumière le soir après l’avoir visité en journée, cela revient plus cher que les chutes d’Iguazu. Devant un tel prix, je refuse. Cela coûte 15 fois plus cher que l’autre mission jésuite que j’ai visité à Alta Gracia, près de Cordoba.

P1070769Mais ce n’est pas parce qu’il y a une attraction principale, qu’il n’y a rien d’autre à faire. Je pars donc au parc provincial de Teyu Cuare. Gratuit et il n’y a pas un chat. D’accord, je n’ai pas découvert une énième merveille de la nature mais cela m’a fait du bien de marcher après tant de trajets en bus et sachant qu’autant m’attendent encore. Je mange en face du Rio Paraguay marquant la limite entre l’Argentine et le Paraguay.

Le lendemain matin, je reprends la route en faisant d’abord un arrêt à Santo Pipo. Ce village est le lieu de production de Piporé, une marque de Yerba Mate. La Yerba mate est à la base du mate, la boisson que tous les Argentins boivent à longueur de journée. Elle se boit dans un mate, récipient en forme de coupe originellement creusé dans une calebasse mais qui peut aussi être creusé dans du bois ou, crime pour certains, fait de plastique ou de verre. Le mate, c’est donc le nom de la boisson ainsi que du récipient dans laquelle elle se boit. Cela se boit souvent en groupe, faisant circuler le mate d’une personne à l’autre mais peut aussi se boire seul. Cela améliore la concentration et tient éveillé. Personnellement, cela me fait bien plus d’effet que le thé ou le café. Pas intérêt à en boire trop tard. Lors de la visite, j’ai eu droit à une vidéo d’une vingtaine de minutes, apologie de la marque Piporé mais aussi histoire de cette boisson.

En pratique

Bus Cordoba-Curuzu Cuatia : bus expreso singer : départ 19h. 600 adulte/480 étudiant. Arrivée à 5h00.

Bus Curuzu Cuatia-Mercedes à 5h30. Compagnie Expreso Sauce. 83 adulte/67 étudiant.

Bus Mercedes-Corrientes. Compagnie Nuevo Expreso. 104 étudiant.

Bus Corrientes-San Ignacio : Compagnie Rio Uruguay. Départ 15h15-arrivée (réelle) : 22h. 255 étudiant.

(évidemment, il y a des bus qui vous mènent directement de Cordoba à San Ignacio)

Hostel Adventure : 115 pesos/dortoir. Bon petit déjeuner inclus.

Bus San Ignacio-Santo Pipo : 13 pesos. Compagnie Horianski. Prendre le premier bus qui passe au terminal.

Visite de Piporé (production de yerba mate) : gratuit. Film d’une vingtaine de minute sous-titré en anglais, suivi d’explications et démonstration des vieilles machines.

Advertisements
Categories: Voyage | Mots-clés : , , | Laisser un commentaire

Navigation de l'article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Create a free website or blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: