Chiclayo

Arriver à Chiclayo depuis Cajamarca, c’est l’assurance de se prendre une bonne grosse claque dans la gueule. Autant Cajamarca est jolie, calme et pleine de petits restos et cafés sympas, autant Chiclayo est assez laide, bruyante et il est difficile d’y trouver un lieu sympa sans s’arracher la peau des fesses.

Ici, les taxis klaxonnent à chaque piéton pour signifier qu’ils sont libres (et il y en a des gens à Chiclayo). Les voitures klaxonnent chaque piéton qui aurait la stupide idée de vouloir traverser : ici la route est aux voitures, tant pis si tu veux te rendre de l’autre côté. Ajoutez à cela, des chiens qui se prennent pour des loups, des agents de police qui ont énormément de souffle pour leur sifflet et des vendeurs de rue qui non contents de hurler le nombre de citrons qu’ils vendent pour 1 sl, ont fait l’acquisition d’un haut parleur pour que toute la ville soit au courant. Même le camion poubelle ajoute sa petite musique à tout ce tintamarre. Oui, cette ville est fatigante.

Pourquoi me direz-vous me suis-je donc rendue dans cette ville qui semble si terrible ? Parce que celle-ci a la bonne idée d’être entourée de sites archéologiques grandioses et de musées extrêmement bien faits (oui, les conservateurs de musée européens peuvent être jaloux).

P1030824

J’ai heureusement trouvé un hostel où j’avais accès à une cuisine. Bien que minuscule et très mal équipée, elle m’a quand même permis de me préparer des guacamoles et des mangues, ce qui fait mon bonheur.

Le premier jour de visites, je vais en compagnie de Nicholas, un Allemand, à Ferreñafe pour voir le musée national Sicán. Ce musée explique comment vivaient la civilisation Sicán ou Lambayeque, civilisation postérieure aux Moches. Dans ce musée, on apprend comment ils travaillaient l’or, la céramique ou le bronze et l’on peut y voir des couronnes, bijoux, étendards et autres objets créés par cette civilisation.

P1030830

Après cette plutôt longue visite, on revient à Chiclayo pour prendre un collectivo pour le site de Sípan et son musée. Oui, Sipan et pas Sican. Cette fois-ci, ces pyramides ont été créées par les Mochicas (ou Moches, c’est plus drôle). Vous suivez ? Là, on peu voir trois pyramides qui ont été progressivement érodées par les éléments. Il faut bien l’avouer, elles ressemblent aujourd’hui à un tas de boue. La troisième, la plus petite, est en fait un tombeau où différentes tombes ont été retrouvées. On y voit le travail des archéologues. A côté du site archéologique, il y a également un assez bon musée où l’on peut voir ce qui a été retrouvé dans plusieurs tombes : squelettes mais aussi céramiques et de nombreux bijoux.

Le "tas de boue"

Le « tas de boue »

Une chose qui change des musées européens est qu’ici les céramiques ont très bien résisté au temps et on ne voit pas de petits bouts d’amphores mais bien la totalité de la pièce. De plus, ils avaient nettement plus de créativité et les bouteilles sont souvent décorées de dieux anthropomorphes assez rigolos.

P1030822

Pour ne pas enchainer deux grosses journées de musées, je passe une journée à trainasser à Chiclayo. Vous l’aurez compris avec mon introduction, ce n’est pas vraiment la ville rêvée pour se reposer. Cependant, j’ai ainsi pris mon temps pour me perdre dans le dédale que constitue le marché Modelo. C’est un marché extérieur mais dont les étals sont partiellement recouvert de toits de fortunes. On y trouve de tout et chaque fois que je tournais à un coin, je me retrouvais face à de nouveaux produits. Il est cependant assez oppressant. Dans l’après-midi, j’ai décidé de partir à la recherche de l’unique bon glacier de la ville, enfin, ce qui semble être l’unique. J’ai donc marche une quinzaine de minutes pour me rendre dans un grand centre commercial où se situe le fameux comptoir. Mais le jeu en vaut la chandelle, cette glace me laisse un souvenir inoubliable.

Ce soir-là, j’ai fait du Couchsurfing. Enfin, pas exactement. En fait, j’ai passé la soirée en compagnie de Livi, une couchsurfeuse. On a discuté de pleins de choses et notamment de la ville, de ses nombreux voyages au Pérou, … Elle m’a également montré des coins de Chiclayo que je n’avais encore pas vu (sans cependant me faire changer d’avis sur la ville).

Après cette journée de repos, je me rends à Lambayeque pour voir le musée Tumbes Reales (ou musée du Señor Sípan) et le musée Brüning. Le premier est un musée récent et très bien fait qui vous détaille les découvertes des archéologues faites à Sipan. On y a apprend aussi beaucoup sur leurs techniques, ce qui est passionnant. Je n’en reviens pas qu’ils aient pu avoir une telle patience pour reconstituer ce qu’ils ont trouvé. Le musée Brüning est nettement plus court et après une salle sur la découverte de la Sacerdotisa, il y a différents étages qui détaillent les diverses civilisations qui se sont succédées.

En pratique (~3 sl= 1$ ou ~4 sl = 1€):

Bus de Cajamarca à Chiclayo : Compagnie Linéa : 25 sl. Départ à 10h45. Durée : 6 heures.

Hostel San Lucas : 412 Rue Elias Aguirre. 25 sl/chambre simple avec sdb privée. Cuisine à disposition mais pas tout le temps. Internet relativement ok. Eau chaude, serviette de bain sur demande, papier toilette. Fort calme excepté un putain de chien qui se prenait pour un loup (et pendant la nuit, sinon, ce n’est pas marrant).

Se rendre à Sipan (pour voir la pyramide où a été retrouvé le señor de Sipan ainsi que le musée) : collectivo (mini-bus) à prendre au terminal Epsel, avenue Augusto Leguia. Prix : 3 sl. Durée : 1 heure.

Se rendre à Ferreñafe (pour voir le musée national Sicán) : collectivo (combi) à prendre dans une rue perpendiculaire à l’avenue Sáenz Peña. Prix : 2 – 2,5 sl. Durée : 30 minutes.

Se rendre à Lambayeque (pour voir le musée Tumbes Reales de Sipan et le musée Bruning) : collectivo (taxi) à prendre dans la rue San José (entre la rue San Martin et l’av. Angamos). Prix : 1,5 sl. Durée : 20 minutes.

Comme partout au Pérou, très bon office du tourisme : iPérou. Pas de chance pour moi, le jour où je venais y chercher des informations, ils étaient justement en train de déménager. Heureusement, j’ai alpagué un gentil employé qui m’a renseigné dans la rue et avec le sourire !

Glace Hoppy : deux boules, 8 sl. Dans le centre commercial Real Plaza (avenue Bolognezi). Goûtez la glace au brownie. L’occasion d’aller vous renseigner sur les prix des différentes compagnies de bus puisque tout près se trouve Cruz del Sur, Civa, America Express et Linéa.

Advertisements
Categories: Voyage | Mots-clés : , , , , , | Laisser un commentaire

Navigation de l'article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d bloggers like this: