Isinlivi et le Llullu Llama : un helpx d’un mois

Après le marché de Saquissili, j’ai dit au revoir à mes compagnons de voyage et pris le bus pour Isinlivi. Jamais entendu parler ? Normal. Isinlivi est un tout petit village paumé au milieu de la nature le long de la boucle du Quilotoa.

La boucle du Quilotoa, c’est une série de villages qu’il est possible de rejoindre en randonnant de l’un à l’autre. Cette boucle est assez peu touristique (il est très probable de ne croiser aucun autre touriste sur une journée) et dans chaque village, il y a des hostels près à vous héberger. Pas besoin donc de tentes ou d’équipements spéciaux. Je vous en reparlerai quand à mon tour, je l’aurai fait cette boucle (qui n’en est pas vraiment une, en réalité).

J’arrive donc au LluLlullu Llamallu Llama, hostal charmant et c’est Steffie et David, un couple d’Allemand et précédents volontaires, qui m’accueillent et me montrent toutes les ficelles de mon rôle. En effet, j’arrive ici pour un mois de travail. En échange, je suis logée et nourrie et je peux en matinée faire des randonnées dans la région. Je peux également utiliser le spa.

Pour rappel, Helpx est un réseau qui permet de trouver des volontariats. Après avoir payé une cotisation de 20€ pour 2 ans, vous avez accès aux annonces pour tous les pays. Vous créez votre profil et vous n’avez plus qu’à demander à des hôtes s’ils peuvent vous accueillir. Les conditions varient d’un helpx à l’autre donc renseignez-vous bien avant de commencer.

Le premier soir, l’hostel est bien rempli, 17 personnes ! Nous sommes au début de la basse saison et c’est exceptionnel. Premier coup de feu pour moi qui me permet de me familiariser avec la plupart des tâches que j’aurai à remplir. Au départ, j’avais prévu d’arriver deux jours plus tard quand ce couple devait quitter l’hostel mais finalement, je suis arrivée le jeudi pour pouvoir combiner le trajet avec le marché de Saquissili. Et heureusement ! Sinon, je n’aurais eu qu’un petit fascicule pour savoir quel était mon rôle !

3 jours plus tard, Steffie et David s’en vont continuer leur voyage et je me retrouve seule à tenir la barque. Très vite, je trouve mon rythme, prend des habitudes et avec le flot des voyageurs qui diminue, j’ai de plus en plus de temps libre.

Mon espagnol s’améliore rapidement puisque Gladys, la cuisinière, ses cinq enfants et David, son compagnon, parlent exclusivement l’espagnol. Après avoir fini le roman que j’avais emporté (en français), j’entame un roman en espagnol et je m’aide de mon petit dictionnaire pour agrandir mon vocabulaire.

L’hostel est vraiment confortable (feu ouvert, très bons repas, canapés bien agréables, …). Comme on cuisine pas mal, je me dis rapidement qu’il est temps pour moi de commencer à faire quelques randos si je ne veux pas terminer mon séjour en ne rentrant plus dans mes pantalons. Je ferai un autre article sur les randos à faire depuis Isinlivi.

Les jours passent et se ressemblent un peu. Je fais quelques randos (voir prochain article), je cuisine, je m’occupe du feu. Je passe évidemment pas mal de temps le soir avec les différents voyageurs. C’est vraiment très intéressant de voir des gens totalement différents se succéder : des personnes plus âgées qui voyagent avec agence, des petits jeunes sacs aux dos, deux familles avec enfants, des voyageurs solos, des tours du mondistes, … Parfois, le courant passe très bien. Parfois, je préfère rester à discuter dans la cuisine avec la famille qui s’occupe de l’hostel.

En plus d’améliorer mon espagnol, je profite de mon temps libre pour mettre à jour mon blog et préparer la suite de mon voyage accompagnée de mon Lonely. De plus, en m’arrêtant comme cela presque un mois, j’apprends un tas de petites choses sur l’Equateur que je n’aurais jamais pu appréhender autrement.

Avant de partir, j’avais comme à mon habitude, enchaîné pas mal de choses. Terminer mon année universitaire, partir un mois en Thaïlande, travailler un mois dans une banque et puis, boucler les derniers préparatifs. Les derniers jours, je n’arrêtais pas de courir d’un endroit à l’autre alors que je préparais cela depuis environ 6 mois !

Bref, ce temps libre me fait du bien et me permet de terminer ce que je n’avais pas pu faire avant de partir. Bientôt, un nouveau volontaire va arriver et je vais (enfin!) faire à mon tour la boucle.

Advertisements
Categories: Voyage | Mots-clés : , , , | Un commentaire

Navigation de l'article

One thought on “Isinlivi et le Llullu Llama : un helpx d’un mois

  1. Merci pour ce petit reportage sur ton expérience helpx, qui me permet de voir un peu plus concrètement comment cela peut se passer… j’avoue que cela me donne super envie 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d bloggers like this: