Berlin, ville aux musées

Porte de BrandebourgAprès notre arrivée tard dans la nuit en auto-stop, nous prenons une petite douche dans notre auberge de jeunesse (nous avons dormi au 2A Hostel Berlin pour 17€/personne dans un dortoir de 8 personnes). L’auberge était vraiment bien: bons matelas et salle de bain dans la chambre-dortoir. Le tout nickel et très, très propre.

Nous prenons un pass pour les transports en commun de 7 jours (28,8€ probablement avec une réduction étudiants) et direction l’hostel où on a réservé notre séjour: le Check In hostel. C’est le moins cher de la ville (en tout cas à la période où nous y avons été) et il est très bien situé, à deux pas du check point Charlie mais en même temps dans une rue calme. On a payé 9€/nuit. J’ai été étonnée de la propreté (je m’attendais vu le prix à quelque chose de très négligé). J’ai par contre eu un souci avec mon matelas. Sur notre dortoir de 8 lits, 7 avaient de très bons matelas, le mien était vraiment pourri (avec des ressorts de dingue). Sauf que je ne m’en suis rendue compte qu’après trois nuits, alors que je commençais à avoir sérieusement mal au dos. On a donc fait une expédition en milieu de journée pour switcher mon matelas avec un lit inoccupé. Mon dos m’a remercié! Une fois que j’ai fait ce changement, le matelas était vraiment bon, rien à reprocher. Si vous vous trouvez dans la même auberge avec un matelas pourri, demandez à changer!

Lorsque l’on demande notre chambre, on se rend compte que la communication n’a pas été au top entre nous. Celle qui devait réserver a réservé pour 3 et non 4, pensait qu’il ferait sa réservation à part (il ne restait pas le même nombre de jours). Pas de chance, l’hostel est complet et on annonce qu’il y a en ce moment un festival de musique et par conséquent, la plupart des hostels sont complets.

Pendant notre semaine, nous avons fait énormément de musées. Voici lesquels:

  1. Le musée du mur. Prix d’entrée réduit: 9,5€. S’il y a bien un musée à passer, c’est celui-là. Il est particulièrement long, très mal organisé, certains panneaux d’explication se retrouvent à plusieurs endroits, leur lecture n’est pas toujours facile vu leur emplacement, … Bref, toute la muséologie serait à refaire. Ils en donnent d’ailleurs la raison: le musée a été créé alors que le mur était en construction. C’était un acte de résistance. Ils ont donc gardé tous les panneaux originaux en mémoire de son créateur. J’aurais préféré qu’ils s’abstiennent.
  2. Le musée juif. 3,5€ prix étudiant + 3€ audio-guide. Contrairement au musée du mur, ce musée a été entièrement refait récemment et c’est avec succès. Prenez votre temps dans ce musée (j’ai mis 4h et encore, je n’ai pas tout vu). L’audio-guide n’est pas indispensable si vous parlez anglais. En effet, à côté de chaque vitrine il y a une plaquette d’explication en anglais. Dans le cas contraire, l’audio-guide est en français. Ce qui est intéressant dans ce musée, c’est que ce n’est pas un musée de la Shoah mais bien un musée juihttps://deuxpasdecote.wordpress.com/wp-admin/post-new.phpf. Vous en apprendrez donc plus sur l’origine de cette religion, ses fêtes, traditions. Bien sûr, il est question de la Shoah mais on parle aussi de la diaspora, d’Israel, … Très intéressant. Sachez qu’à l’arrière du musée, il y a un beau jardin avec des transats. Parfois, pour une petite pause post-musée.
  3. Musée de l’histoire de Berlin (The story of Berlin: 9€ prix étudiant). Musée intéressant qui remplacera sans aucun doute la visite du musée du mur. Vous comprendrez pourquoi Berlin n’a pas de « centre », quels étaient les projets d’Hitler pour cette ville, comment le mur a été construit, … Surtout, vous visiterez un bunker construit pendant la guerre froide. Il n’a jamais dû être utilisé et vous verrez que c’est heureux, parce que la vie y aurait probablement été infernale (très peu de sanitaires prévus, pas de morgue, …). J’ai trouvé ce bunker très impressionnant et surtout cela permet de se rendre compte à quel point la guerre froide était une réalité à l’époque.
  4. Le Bundestag. C’est n’est pas à proprement parler un musée (c’est la parlement allemand) mais ils organisent des visites. C’est mon « coup de cœur » de notre semaine à Berlin donc, vraiment, à ne pas rater! Pour cela, il faut s’inscrire sur leur site internet. Prenez-vous y tôt! 2 semaines à l’avance, c’est un minimum. Ce qui est assez comique, c’est que vous devez d’abord donner votre nom à l’entrée. Ils cochent une case et vous suivez une hôtesse qui vous amène à un autre bureau. On vérifie votre carte d’identité, puis vous suivez une autre personne qui vous amène la suivante, etc… Environs 8 personnes différentes pour nous conduire au départ de la visite. Et tout cela avec la politesse allemande, « Madame, veuillez me suivre, svp ». Essayez de faire la visite guidée (longue) s’il y a encore de la place, vous ne le regretterez pas. Nous, on s’était inscrites pour la visite courte parce qu’il n’y avait plus de place pour l’autre, mais finalement, peu de français étaient présents alors on a pu faire la longue (et oui, il y a des guides qui parlent français). A travers cette visite, vous traverserez l’histoire politique d’Allemagne. On se rend compte à quel point ce pays a été marqué et on comprend pourquoi ils offrent cette visite qui symbolise la démocratie. De plus, le bâtiment est magnifique et la marche dans la coupole avec l’audio-guide qui décrit les bâtiments de la ville est géniale.
  5. La topographie de la terreur. C’est un musée entièrement gratuit. Une partie est à l’extérieur, une autre à l’intérieur. Évidemment, pas le plus joyeux des musées de Berlin mais intéressant pour mieux comprendre le régime nazi et ses sombres côtés. La muséographie est bien faite avec des extraits de journaux, des photographies, des témoignages.

Si vous êtes moins portés sur l’Histoire mais plus sur l’art, sachez que Berlin a encore plus de musées d’Art. Une bonne partie est regroupée sur l‘île aux musées pour laquelle vous pouvez acheter un pass.

Une adresse pour manger des glaces (c’est mon dada): Cafe e gelato dans le centre commercial Arkaden, tout près de Potsdamer platz (Alte Potsdamer Str. 7).

Un café brésilien tout sympa, très calme et aux prix très raisonnables: Café mori (Wiener str. 13, 10999). Le personnel était vraiment amical. Le café Cinéma (Rosenthaler Straße 39, 10178 Berlin). On a bu une bière à l’arrière de ce café. Il y a une petite ruelle où règne une chouette atmosphère.

On a mangé de très bons hamburgers dans d’anciennes toilettes publiques (dit comme cela, cela ne semble pas ragoûtant et pourtant, c’est joli). Le nom de ce fast-food de rue: le Burgermeister (Oberbaumstr. 8, 10997 Berlin). Ce n’est pas loin d’East side gallery, de l’autre côté du pont. C’est dans ce même quartier que vous trouverez une série de bars avec un peu d’ambiance. Il nous est arrivé un drôle de truc. On a bu une bière dans un bar en plein air. Comme on n’avait pas encore mangé et qu’on voyait des gens se servir à un buffet. On a été demander combien cela coûtait. C’est gratuit, on nous a répondu! Résultat, on a vraiment bien mangé sans trop comprendre le système.

Et le currywurst alors ? On a été au Curry 36, recommandé par notre guide mais franchement, pas de quoi fouetter un chat.

On a également été dans un fast-food végétarien où le choix est vraiment gigantesque et tout ce que l’on a goûté très bon: le Yellow Sunshine (Wiener Straße 19).

Quelques visites à faire en plein air pour ne pas rester tout le temps enfermé:

  1. East side gallery: la plus grande partie du mur conservée qui a été taguée à l’effondrement du mur en 1989 par des artistes de toutes origines. Cette galerie à ciel ouvert a été restaurée (comprenez refaite) en 2009 pour l’anniversaire des 20 ans de la chute du mur. Mais en 2013, quand on y a été, les fresques ont déjà été gribouillées par les touristes.
  2. Le mémorial du mur. Ce mémorial en plein air et gratuit vous donnera pleins d’infos sur le mur, sa construction, la vie avec le mur, les passages des habitants d’un côté à l’autre du mur. En montant, de l’autre côté de la rue, sur un promontoir, vous pourrez voir une partie du mur qui a été laissé en état comme à l’époque avec ses barbelés, miradors, lampadaires, … Une raison de plus pour ne pas aller voir le musée du mur.
  3. Le mémorial de l’holocauste. Ce mémorial constitué d’énormes blocs de béton de tailles différentes m’a vraiment émue. Ce mémorial est à la fois géométrique et désordonné. Cet ensemble donne un sentiment d’immensité, comme l’ampleur de l’holocauste. Il m’a aussi fait penser à un cimetière sans fin. Après, chacun l’interprète comme il veut. Je vous conseille de déambuler simplement à travers ses allées.
  4. Le parc Tiergaten. Très grand parc situé près de la porte de Brandebourg, le parlement allemand et le mémorial de l’Holocauste.
  5. La porte de Brandebourg. Ce monument qui est un des symboles de Berlin ne m’a pas tant parlé. Il ressemble aux arcs du Cinquantenaire à Bruxelles.
  6. La brocante du dimanche matin. A maybachufer, le long de l’eau. Nous avons flâné entre les différents stands. Au milieu de la brocante, un petit espace où jouent les musiciens et où il y a également de quoi se restaurer. Sinon, il y a aussi une bonne boulangerie au coin de la rue Liberdastraße et Pflügerstraße.

Dans tout Berlin, on a régulièrement croisé de petits groupes de musique ou des musiciens seuls qui jouent en rue. Contrairement à Bruxelles, ce sont loin d’être des mendiants et la qualité de la musique est vraiment géniale. J’ai même acheté un CD à un groupe que j’aimais beaucoup: Galeb and the Seagull (Sweet and Sour, Please!).

Tous les matins, j’ai goûté différentes viennoiseries. On a été un peu partout pour trouver notre bonheur mais jamais je n’ai mangé la même chose. Raah, rien que d’y penser, j’en salive.

Mon conseil pour Berlin: variez! Musées d’Histoire, ballades et flâneries, musées d’art. Nous, on a risqué l’indigestion historique. La particularité de cette ville est qu’elle n’a pas vraiment de centre, mais plusieurs. Donc pas un endroit où aller pour trouver restaurants, bars, musées, … On s’est donc beaucoup déplacés en transports en commun et on a également beaucoup marché. Le fait que notre auberge avait une situation très centrale nous a vraiment fait gagner du temps dans nos déplacements.

Advertisements
Categories: Voyage | Mots-clés : , , , , , | Un commentaire

Navigation de l'article

One thought on “Berlin, ville aux musées

  1. Ping : Berlin suite et presque fin | Deux pas de côté

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Create a free website or blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: